Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 59 sur 162
Page précédente | Page suivante

15/09/2009 - Inde 17

Inde : chapitre 17


Dimache 28 juin, arrivée à la Indrahar pass, 4400, 13h. Nous avons une heure de retard. Que c'est beau.  On commence à admirer les hauts sommets à plus de 5000, 5550 environ pour le Kalash au loin. Mathias est tout content de son "piolet" fabriqué par des "soudeurs" à Mcleod Ganj.

 
Comme à chaque col, il y a un petit temple sur l'arrête. Adja, notre ami indien, y fait une prière, une petite offrande et y brûle de l'encens.

Les nuages arrivent, ils nous faut redescendre rapidement chercher un abri pour la nuit...

 

Il a commencer à pleuvoir et greller. Pas évident. Surtout que l'américaine a de la peine. Difficulté à voir et glisse sans arrêt. En fait, elle panique un peu et ne veut plus rien regarder. Nous avançons dans le froid pas à pas. J'ai encore mes shorts et grelotte à l'arrière en assurant la cordée. Bien que la corde, à plusieurs endroit, ne soit là que pour rassurer nos deux amis américains...

Le soir arrivant, nous trouvons un abri de fortune avec un petit reste de bois pour se réchauffer. Quelle aubaine. Car nous sommes trempés et nos amis USA, Josh et Malori, n'ont pas de vêtement de rechange.

La nuit installée, les nuages ont disparus, faisant place à une miriades d'étoiles scintillant comme des diamands.  

Cette nuit, Willie a dormi dans la tente afin d'éviter toute mésaventure avec le fameux "snow-léopard". Le léopard des neiges qui est friants des chiens paraît-il...

 

Au réveil, notre abri de fortune a plutôt un bon aspect... 

La

Ce matin la vue sur la pass, par beau temps est magnifique! On a vite oublié la tempête du jour précédent.

Nous commençons à descendre une vallée encaissée. Les rocailles ont fait place à la végétation. Nous longeons ce val à flan de cotaux escarpés, sur un chemin devenant par endroit assez périlleux... le torent, en contre-bas, rugit...

A un moment, lors d'une pause, Malori en perd son sac à dos qui dévalle la pente en contre-bas. Passport obligeant, Adja va le rechercher en rappel au bout de la corde. Heureusement, tout c'est bien passé. Car la descente était assez périlleuse avec une jolie falaise en contre-bas!

 

La neige fond gentilement... Nous sommes au début de la saison des trekks.

Il reste de bons névés à franchir. Et parfois une corde est nécessaire... Les pans de la montagnes étant trop pentus.

 Certains passages se font à gué, les pieds dans l'eau glacée, nous réveillant dans notre marche.

 Petite pause pique-nique, avec vue sur le prochain obstacle. Ici, heureusement que le néver est encore là, car la rivière serait difficile à franchir...

Nous mangeons des paquets de nouilles chinoise non cuites... pas le temps de les cuire.

 

Il nous aura bien fallu une dizaines d'heure de marche, montée et descente, passage de rivière et de névers, pour arriver enfin, à la nuit tombée à Kuarsi. En pleine cérémonie.

Au temple, ou nous pensions passer la nuit tranquillement se déroule une prière pour la pluie. Un religieux se flagelle avec des chaines en fer et les villageois décapitent, en offrande, une chèvre.


Next page: pour suivre la suite de nos aventure, cliquez sur ce lien!

 


:: Envoyer cet article