Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 49 sur 162
Page précédente | Page suivante

17/09/2009 - Inde 20
  Inde : chapitre 20

Lundi 6 juillet, nous atteignons les pâturage habités par de belles vaches. Pas de gadis à l'horizon. Ce sont les bergers. Par ici il ont l'habitude de laisser leur animaux seul en liberté.

Nous en profitons pour pique-niquer et faire la sieste. Le camp de base n'est plus très loin et mieux vaut passer l'après-midi ici que là-bas où c'est bien venté avec un air frais. Le chien noir, sur la photo ci-dessous, c'est Kalou (qui signifie noir). Il nous suit depuis Hadsar.
 

Enfin le "camp de base" du col. Un petit mur de pierre délimite un petit terrain au pied d'une falaise. Juste de quoi s'habriter du vent. Plusieurs expédition précédentes ont gravés leur nom dans la roche. 


Cette nuit là, Willie fait fuire un ours par son aboiement. On a juste de temps de voir l'ombre de la bête se dessiner au dessus des rochers que déjà il a disparu. Heureusement, car s'il avait eut le temps de venir fouiner dans nos affaires en quête de nourriture et que nous nous soyons retrouvé nez à nez et lui dans le pot de miel, je sais pas s'il aurait déguérpit si vite...  Notre second porteur nous explique qu'il y a un peu plus bas des ours noirs et que par ici des bruns. Et les bruns sont sans danger pour l'homme contrairement à leur confrères plus foncés.

Mardi 7 juillet, lever 2h30 du matin, départ 4h pour l'ascention du col, lampe frontale au front. Bien que la pleine lune nous éclaire le chemin. Nous avons de la chance, le temps est au grand beau. La pleine lune nous éclair avant de laisser place au soleil qui dessine ses premiers rayons sur les beaux sommets himalayens encore enneigés.  

La pass se dessine au loin. Sur la photo ci-dessous, le col se trouve au sommet de l'arrondit tout enneigé, enclavé par deux mini pyramides. Il y a encore beaucoup de neige. L'ascention ne va pas être aisée, et surtout nous devons franchir cette pass encore tôt le matin en raison des chutes de pierre. Avec le soleil, la neige fond libérant parfois de gros blocs qui déboulle en bas de la montagne. Surtout que ce col est très escarpé. Notre guide se concerte avec le porteur du coin prit à Kugti. Il connaît bien l'endroit. Ils finissent par se mettre d'accord pour franchir la pass par la droite et plus bas. Le chemin est plus escarpé, mais beaucoup plus court, ce qui va nous faire gagner du temps. 

Nous passons des névers. Willie et Kalou s'en donne à coeur joie. Il cours dans tous les sens. Ils adorent ça la neige. Les pentes deviennent de plus en plus raides. il faut faire attention de bien assurer ses pas pour éviter la glissade.
Les 300 derniers mètres deviennent très escarpés. C'est presque de la grimpe, et parfois assez dangereuse vu qu'il y a de la glace. En milieu de montée, quelques premiers rochers commencent à dégringoler. Attention à bien les éviter. J'ai juste le temps de baisser la tête qu'un gros me passe 50 cm au dessus... On les voit venir de loin, mais avec les "faux-rebonds", on sait jamais quelle direction ils vont prendre au dernier moment. Garder un bon oeil, et le reflexe qui sauve. 
Enfin, nous réussissons à gagner le col vers 8h30. Une demi-heure d'avance. Bien que l'ascention fut quelque peu périlleuse.
 

Arrivée au col, cérémonie devant le petit temple pour remercier le "dieu montagne" de nous laisser passer sans encombre. Il reste encore à redescendre la pass. 

Chacun reçoit son point entre les deux yeux, comme pour nous ouvrir le "troisième oeil". Willie n'y coupe pas. Ca lui ferait du bien d'ailleurs d'avoir un oeil de plus...  Hein Wil, qu'est ce que t'en pense???

La vue est magnifique. Nous franchissons la deuxième "barrière" himalayenne. La middle range. Celle du milieu. Et au loin se profile les sommets de la grande rangée himalayenne. La troisième barrière montagneuse que nous allons devoir encore franchir avant de passer au Zanskar...

Une petite photo de groupe au sommet... 

 

L'autre versant, face nord du col, est encore plus enneigé.  

Nous descendons certains passage prudemment et d'autres en glissade sur les névés. Willie est tout fou. Il gallope sur la neige... Mais attention à ne pas se relâcher. Il y a régulièrement de gros bloc de rochers qui déboule à toute allure de la montagne. Et sur la neige, on ne les entend pas toujours...

 

Au pied du col, nous regardons en arrière l'exploit accomplit. Pour Céline et Sabina, qui n'avait jamais franchit de col si escarpé en traversant des névés, sans est un. Bravo les filles!!!

Nous pique-niquons et reprenons des forces affalés sur les rochers d'un pierrier.

Le bivouac du soir, dans une maison d'allpage n'est pas encore gagner. Il nous faut redescendre de grand pierriers et devons franchir une rivière à guêt. Et en cette saison, les niveaux d'eaux sont hauts. Nous en avons jusqu'au hanche. Wilie n'avait pas l'air très chaud pour se tremper dans l'eau glacée. J'ai dû aller le chercher et l'attacher pour le faire se mouiller et traverser.  

 

Nous passons la nuit dans une maison de forêt ouverte au passant. Un pélerin venant dans l'autre sens y dort avec nous. Il va faire la pass seul demain, en route pour le pélerinage de Manimesh.

Mercredi 8 juillet, nous descendons la vallée et débouchons dans une grande vallée très verte.
 



:: Envoyer cet article