Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 17 sur 162
Page précédente | Page suivante

27/12/2009 - Nepal 11

Nepal: chapitre 11


English summary of the page

12 novemver 2009, we have the chance to assist to the bunial boudhist ceremony of a rinpoche in the mountain up of Tame. It was interesting and a quiet non-natural view... this special ceremony, the big mountains arround hiding by the clouds. Two weeks after, the lamas will open the tomb and see some sign of a possible reincarnation or not of the rinpoche. These budhist rituel are very interesting.

The next day, we go further in the valley to Lungdhen (4380m). We camp there. Sunday 14th november, we begin to climb the Renjo pass. We arrived at the first lake (4800m), beginning of the afternoon. We camp there. No time to join Gokyo, and better to stay here than more up. The next day we arrive to the Renjo pass (5360m). The weather is still cloudy, so little view. But already nice. We go down and arrive in Gokyo (4790m). We camp there and during the night it beginning to snow. We have to put Willie inside the tent. In the morning, 30 cm of fresh snow. Amazing... We take a room for the next night. Some groups, facing this bad weather, leave and go down. But we have time, and during the afternoon, suddenly, the blue sky appears. The landscapes were so nice with this snow.... Ouaw!!!

At the end of the day, I climb the Gokyo Peak (5460m). The view from the top was wonderfull, with the highest summit in front of me colored in pink... one of the best view of my life!fa


Vendredi 12 novembre 2009, nous avons la chance d'assisté à la cérémonie de crémation d'un rinpoche, un lama réincarné. La vue est magnifique, le décor surnaturel.


Ceremony of burning a rinpoche at Tame

Au centre de la cérémonie, le tombeau fabriqué en pierre recouverte d'un enduit de terre. A l'intérieur, le corps, quarante jours post-mortem, a été déposé, assis. Autour de lui ont été placé des bûches, comportant chacunes,  collée sur le bois, une page de prière.


The tomb of the rinpoche. 

L'entrée du tombeau est ensuite fermée. Il y a juste deux petites fenêtres permettant d'y introduire des offrandes et à l'air de passer, pour une bonne crémation et un bon voyage sacré à l'âme de se rinpoche.

Aux quatre points cardinaux entourant le monument de cérmation, un groupe de prêtre psalmodiant leur chants de prières bouddhistes.
Voilà, le feu est mit, le corps se consume. Régulièrement des offrandes de toutes sortes, graines, tsampa, farine, huile, biscuits..., sont amenées devant les prêtre ordonnants les groupes de prières. Ceux-ci les bénices avant que ces offrandes ne soient jetée dans les flammes. Le tout rythmé au son des cloches, tambours, cymbales et trompettes. 
 

Ci-dessous le groupe de prière principal.


One of the fourth group of lamas which are situated to north, south, east and west from the tomb. It is like if they open a gate for the soul of the rinpoche... 

Durant toute la cérémonie des femmes font le lien avec le monastère 100 m plus bas et amène du thé, biscuits et autres friandises distribuées régulièrement à l'assemblée silencieuse de villageois et rare touristes, attroupée autour.  

Bien que le corps soit en pleine crémation, la cérémonie prend fin. Tout est redescendu au monastère. Tous le monde est convié à quitter la place. Il faut laisser l'esprit du rinpoche en tranquillité durant ce passage du corps à la cendre.

Dans deux semaine le tombeau sera ouvert pour y lire d'éventuelles traces d'une prochaine réincarnation ou non. 

Ces rites bouddhistes demeurent mystérieux et demandent à être étudié. Aux dires de certains, le but de notre vie humaine, c'est d'apprendre à mourir...  Pourtant nous sommes loin d'un tel apprentissage et avons plutôt la tendance de fuire ce sombre événement qui nous fait si peur!

Si ça vous intéresse, il y a une excellente réflexion sur le livre de mort tibétain faite par .... 

Nous passons le reste de la journée à faire de la lessive et se reposer.

Le lendemain, en route pour Lungdhen, un village plus loin dans la vallée, au pied du col du renjo pour rejoindre Gokyo. Chemin faisant nous croisons des caravanes de yacks.


The tibetans with their caravan of yacks coming from the Khumbu pass (5700m) from China to make the market in Namche Bazar.

.

Alors Willie, comment tu trouves ces yacks???

En croisant une caravane, à chaque fois le yack dominant en tête, ce dernier fait comme si de rien, et arrivé à la hauteur de Willie, il fonce sur lui, corne en avant... Céline a juste le temps d'avertir notre toutou distrait par quelques senteurs dans les buissons, pour que notre leste Willie échappe au "harponnage". Il était moins une!!! Assez traître ces bestioles pourtant généralement très craintive. Le dominant du troupeau a sûrement voulu protéger son groupe d'un chien à la couleur jaune inhabituelle et peut-être effrayante...

 

Nous arrivons à Lungdhen (4380m) en fin de journée et campons dans l'enclos d'une lodge.


View from Lungdhen (4380m).

Le lendemain, nous commençons l'ascension du col du Renjo. En début d'après-midi, nous atteignons le premier lac, le Renjo thso. Thso signifiant lac. Nous allons camper ici à 4800m. Nous n'avons plus assez de temps pour franchir le col et redescendre au prochain campement. Et inutile de monter plus haut pour camper. Nous aurions froid et risquerions le mal de tête pour la nuit. Surtout que le temps couvert reste très incertain. Et nous sommes bien chargé. J'ai encore prit de la tsampa et du riz à Tame. Histoire d'être le plus autonome possible, les prix des guest-house sont presque honteusement surfait dans ces hauteurs. Bien que cela reste bon marché pour un européen en vacance avec un salaire tombant chaque mois... Mais pour nous, voyageur de grand chemin, une roupie, c'est une roupie comme on dit!!! 


We climb the Renjo pass (5360m). 

Lundi 15 novembre, ascension finale du col. En chemin nous faisons une pause au 2ème lac, Relama Thso (4970m). 

Nous arrivons au col du Renjo, 5360 m, vers 11h du matin. Quelques éclaircies nous permettent d'admirer les montagnes aux alentours. Mais elles sont rare, et il fait froid. Par beau temps, belle vue sur l'Everest. Au prochain col, nous espérons...


At the Renjo pass (5360m). 

Jean-luc et ses amis nous rejoignent au col. Nous n'y restons pas trop longtemps, il fait froid et redescendons sur Gokyo et son lac. Au fond sur la droite on distingue une partie de l'Arakam Tse (6423m). 


We go down to Gokyo and his lac. 

Nous campons à Gokyo (4790m). L'endroit est joli avec son lac, mais le temps est toujours couvert. En début de nuit il commence à neiger un peu, puis à gros flocons. Nous devons rentrer le chien en catastrophe en milieu de nuit. Hitoire qu'il ne congèle pas! Et nous devons taper régulièrement les pans de la tente. La neige s'y agglomérant beaucoup...

Au matin, il y a 30 cm de neige fraîche. Nous réussissons à trouver une chambre. La tente pour deux nuit ainsi, ça le fait pas. Le mauvais temps n'a pas l'air de partir... plusieurs groupes ayant un timing serrés redescendent. Nous nous avons le temps et bon espoir.


Gokyo (4790m) under the fresh snow...


Depuis la salle de séjour de notre hôtel, nous avons une vue imprenable sur le lac au travers d'une grande paroi toute vitrée. Des bourasques de vents descendent de la montagne, emportant la neige fraîche, et font des nuages blanc traversant le lac et rejoignant le village, faisant vrombir les toits en taules.

Quelques éclaircies passent et soudain, le temps se dégage. Le soleil arrive! Grand beau. Et avec ce nouveau manteau blanc de neige fraîche, les montagnes et les paysages sont merveilleux! 


Gokyo 

En fin de journée, je pars gravir le "Gokyo peak" (5463m). Il est 15h30. Lors de ma montée, je croise plusieurs touriste et guide népalais qui redescendent. "Ca souffle trop! On est pas monté jusqu'en haut..." et "Avec ce vent et l'heure tardive, c'est trop tard pour le faire!". Mais qu'importe, je continue. Les paysage sont trop beaux. Finalement, passé le milieu de l'ascension, le vent diminue. J'ai bien fait de continuer. En dessous du sommet, je crois un gars qui s'extasie en prenant des photos sur l'Everest, Lotse et Makalu en face qui commence à se coloré d'orange avec le soleil couchant. "Trop beau, trop beau... aller, encore une photo!!!" Rencontre déjà plus sympathique...

Au sommet, vue magnifique!!! En face, l'Everest (8848m), les Lotse (8516m) et Lotse Shar, et Makalu (8463m) sont là, rosissant sous le soleil couchant...


View on Everest (8848m), Lotse (8516m), Lotse Shar and Makalu (8463m) at the sunnset from the Gokyo peak (5463m). 

Je prend le temps d'admirer cette vue... superbe!!! L'Everest est bien évidemment le dernier éclairé, c'est là que je reconnaît le toit du monde...

Allez, faut pas moisir pour autant ici, le soleil couché, le froid arrive... Je redescend en glissant dans la neige poudreuse. Ca me rappelle la dernière descente en fin de journée avec mon snowboard. Mais je l'avais encore jamais fait avec une vue pareille... j'ai qu'a lever la tête et ces beaux et hauts sommets me sautent aux yeux. Un grand moment!!!, pour un suisse qui aime la montagne.


Click here for the next page! / Cliquez ici pour en voir plus sur ces belles montagnes!


:: Envoyer cet article