Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 5 sur 162
Page précédente | Page suivante

1/06/2010 - Nepal 23
Nepal: chapitre 23
English summary of the page
afaf
 

Nous nous sentons bien ici au Nepal. La question de la suite du voyage reste présente. Il faut se rendre à l’évidence, même si Willie se porte mieux, il ne peut plus marcher ses 30 km par jour. Notre grand but était de rejoindre l’Himalaya, c’est fait. Notre second but serait de rallier la Mongolie. A pied, cela n’est plus possible avec le chien. Et pas question de l’abandonner. Il fait sens pour nous de terminer la boucle par le haut, en traversant le Tibet, la Chine, pour rallier la Mongolie en train et bus et de rentrer en trans-sibérien sur l’Europe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Nous préparons donc Willie à sa rentrée et le mettons aux normes européennes.


We put a micro-ship to Willie for his future coming back to Europe..

 

Nous trouvons par chance une micro-puce à mettre à notre chien chez Kat-center. Un centre pour animaux créé par Jane Salter, une artiste étrangère, pour faire face à la population canine des rues de la capitale, augmentant sans cesse, et pleine de maladies. La seule solution qu’avait trouvée les autorités de la ville était de disperser de la nourriture empoisonnée dans les rues. Par chance pour nous et Willie, cette pratique n’est plus courante dans le centre de la ville, grâce à Kat-centre. Le centre recence les chiens, les prend, les traite et les stérilise. Du coup ils sont en bien meilleurs santé qu’ailleurs... Merci à Jane et le staff de Kat-center ! Pour plus d’information à leur sujet, consulter leur site : www.katcentre.org.np

 

They test if they can read the micro-ship.

 

Nous nous renseignons auprès de l’ambassade chinoise au sujet des formalités pour le transit de notre chien au travers de la Chine. Mais personnes n’est capable de nous informer. Une misère cette bureaucratie chinoise... Il faut pourtant bien réussir à dégoter quelques infos. Nous n’avons d’autre choix que de continuer par la Chine. Le Pakistan, trop incertain, et la frontière avec Miamar, l’ex-Birmanie, est fermée par voix de terre. Le bateau est devenu difficile à trouver et hors de prix depuis que l’avion est devenu le mode de déplacement privilégié des touristes.

 

Nous nous informons auprès des agences de voyage. Pour traverser le Tibet nous n’avons pas le choix. Il nous faudra joindre un groupe de touriste, prendre un guide et un chauffeur et gagner Lhassa en jeep. De là-bas nous pourrons poursuivre en train.


 

Mais voilà... nous apprenons que certains touristes ont pu rentrer en Chine avec leur chien, mais pas le ressortir. Nous devons rejoindre Pékin et son centre de quarantaine pour animaux. Et les chinois ne plaisantent pas. Ils n’ont aucun scrupule a garder le toutou alors que ses « maîtres » doivent quitter les lieux... Et pour sûr, le chien fini à la casserole. Notre Willie serait trop prisé. Vous pensez bien, un chien ayant parcouru la moitié du globe à quattre pattes serait une nourriture de choix pour la jet-set chinoise. Ca nous laisse perplexe... Allons nous prendre le risque ??? La Russie aussi n’a pas l’air simple côté paperasserie. Et nous sommes devenu fatigué à se battre avec la bureaucratie étatique. Avec l’Inde, nous avons assez donné.

L’éventualité de l’avion fait son apparition... nous y réfléchissons et commençons sérieusement à y penser. Bien que c’est un moyen de transport que nous aimerions éviter.

Nous y pensons, en mangeant quelques bananes... faut dire qu'elles sont super bonnes par ici!!!

  .

Le voyage à pied est donc fini. En arrivant dans le sanctuaire himalayen des plus hauts sommets de la planète, j’ai eut le sentiment d’avoir atteint le « top » de notre voyage à pied. Que je pouvais rentrer. L’envie d’arpenter les grands chemins est devenue moins présente. Nous avons envie de nous poser, de travailler sur nous plus intérieurerment. Prendre des cours de yoga, d’ayurveda, et de faire des retraites de méditations. On se dit qu’en prenant l’avion nous pourrions passer plus de temps ici en Inde, berceau du yoga, et au Nepal, propice à la méditation.  
 

Cette idée semble déjà convenir un peu mieux à Céline...

Quant à Willie, ça le laisse plutôt perplexe...

 

 

Et puis... une nouvelle arrive qui ne laisse plus de doute. Voyez un peu ci-dessous...

 Et oui, Céline est enceinte !!! Ce n’est pas un accident. Nous ne pensions pas l’air himalayen si fertile... Donc voilà, plus d’hésitation pour l’avion. Et même plus tôt que prévu.
 

 

Avec sa grossesse, les bus indien ne sont pas conseillé, et la chaleur de l’été arrive. Et Céline enceinte chez les indiens, ça le ferait pas. On ne contrarie pas une femme enceinte...

Céline va donc rester au Népal. Et vu que le visa touriste népalais ne dure que cinq mois, le retour se fera fin mai. Le 28 pour être précis. Le billet d’avion est déjà réservé.

   

Peter va rentrer en Allemagne. Nous profitons de son voyage pour prélever du sang a Willie, toujours avec nos amis de Kat-centre, et de donner de son sérum à Peter qui le fera parvenir en Allemagne à un laboratoire pour tester ses anticoprs contre la rage. Un test sérologique indispensalbe à faire au minimum trois mois avant l’entrée en Europe.

Nous faisons un repas chez Madhu en l’honneur du départ de Peter.

Départ de Peter le lendemain pour l'aéroport. Nous sommes le 28 mars 2010.

kNous rencontrons Camille et Corinne qui reviennent de leur trekk himalayen. Pour l'occasion, nous allons manger au Mitho.

.

 Céline et Paru prépare leur exhibition...

 

BK reçoit le prix du jeune artiste le plus prometteur du Népal. R etour au Mitho...

Pour l'occasion on peut bien trinquer avec une Everest bière!!!  

.

.

 

.

Pendant que Céline fait ses peintures, je continue l'apprentissage chez Madhu. J'apprend à certir les pierres.

 

 

 

.

 

BK m'a emmené chez le barbier, pour voir de quoi j'ai l'air rasé...

 

Mathias se branche au yoga...

Nous allons rendre visite à Niece qui nous a invité chez elle à manger. Nous nous y rendons en suivant la rivière. L’eau est toute noire. Cette rivière, une vraie poubelle! Tous y jettent leurs déchets. Dire qu’il n’y a même pas 15 ans les citadins s’y baignaient...

 

Il y a qu’en même quelques « aventuriers » qui y mettent les pieds. Ce n’est certainement pas pour se baigner, mais pour chercher des dents en or ou quelques rares bijoux. Il y a un temple pas très loin où se pratique des crémations, et les cendres sont ensuites jettées dans l’eau de la rivière.

Niece nous a préparé une spécialité névari. Des sortes de raviollis sucrés, fait avec une pâte de riz, en formes de pic. Délicieux !

 

 .

 

Ca, ce sont des bracelets portant chance. Il sont fait d’or et de poil de queue d’éléphant. Ganesh, le dieux éléphant, est le plus vénéré ici au Népal. Ces poils proviennent des grands éléphant d’Afrique. C’est une des spécialités de la bijouterie Pokarel.

 
.

 


 

For the next page, click here! / Pour suivre la suite de nos aventures, cliquez ici!



:: Envoyer cet article