Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 4 sur 162
Page précédente | Page suivante

3/06/2010 - Nepal 24

Nepal: chapitre 24


English summary of the page:

Mathias go alone in India to visit the Kumbh Mela and to do some courses of yoga and ayurveda. The Kumbh Mela of Haridwar is a big event, every 12 years. Millions of indians, pilgrims and sadhus are going there to take a bath in the Ganga. Mathias will stay there in an ashram, to do some yoga and ayurveda courses. After he moves to Rishikesh to do an intensive course of yoga. He meets there our friend Gerry. Together, they go to Dharamsala, and finaly New Delhi. 


 


Mathias part seul, un mois et demi en Inde, faire des cours de yoga et d’ayurveda, et visiter la Kumbh Mela. Départ en bus de Kathmandou. 36h non-stop pour rallier New Delhi. De là, train pour Haridwar, où se passe la fameuse Kumbh Mela.

 

Il y a bien longtemps, les dieux se seraient battus avec les démons pour un pot contenant le nectar de la vie éternelle. Un des dieux, Vishnu je crois, l’aurait emporté. Dans sa fuite, quatre gouttes du précieux nectar seraint tombées en Inde, dont une à Haridwar. Dans chacun de ces endroits, tous les 12 ans, a lieux une Kumbh Mela. Un grand rassemblement de pélerins et de sadhus, plusieurs millions, méditant et priant les dieux sous l’auspice d’alignement planétaire propice à cet événement. Cet événement dure plusieurs mois. Cette année, il a lieu à Haridwar. Des millions de pélerins y viennent. Les sadhus campent le long du gange durant les quatre mois de durée de cet événement.


 

J’arrive à la gare d’Haridwar en pleine nuit. Il y a encore de l’animation, mais de nuit, c’est assez calme. Toute la ville est éclairée. Il y a des lumières partout. C’est un spectacle magnifique que j’admire depuis le rick-saw qui m’amène au Puri Santosh ashram où je vais séjourner durant 15 jours. Je vais y suivre des cours de yoga et d’ayurveda. Cet ashram a été créé par Mataji et sa famille. Il y a quarante ans, cette femme hors du commun est venue par la route en Inde. Elle y a rencontré un sadhu sur les bord du Gange qu’elle n’a plus quitté. Ils ont eut trois enfants ensemble. Le sadhu restait toute la journée assis à méditer et recevoir ses adeptes. Quant à Mataji, elle devait oeuvrer à toute les tâches ménagères dans  une dévotion sans pareil... du pure karma yoga (travailler pour les autres sans rien attendre en échange). Un jour le Sadhu a décidé de partir. Qu’il était temps pour lui de quitter ce monde. Il s’est mit en méditation et a quitté son corps consciement. Mataji et ses trois enfants ont ensuite transformé l’endroit en ashram, accueillant les étrangers, leur enseigant yoga, ayurveda et autres savoir.

 

Le 14 avril, c’est le dernier grand bain de la Kumbh Mela. Durant ces 4 mois de festivités, il y a 4 dates importantes. Quatre moment où les planètes sont dans un alignement spécial, propice à de bonne énergie. Il paraît qu’en se baignant dans le gange à ce moment précis, nous en retirons le bénéfice d’une vie de baignade dans ce fleuve, juste en quelques minutes. Avec les gens de l’ashram nous descendons dans le centre de la ville. Les rues sont bondées. Aujourd’hui, 14 millions d’indiens sont rassemblés pour ce grand bain. Impressionnant. Nous tentons de gagner l’endroit où les sadhu se baignent. Là où beaucoup de monde veulent aller. A un moment, la foule est si compressée, suite à un cortège de voiture qui ont fait augmenter la pression de la foule, que plusieurs personnes meurent dans la cohue... la police dévie la foule le long du gange. Ouaw... quel bain de foule... Celui là, je vais pas l’oublier de ci-tôt !

 

Nous finissons par gagné les rues où les nagas sadhus vont défiler. Des acètes tout nus, couvert de cendres. Ils sont des centaines. Impressionnant. Pour un étrangers, ils s’apparentent presque à des sauvages tout droit sortit de la jungle. Mais pour les indiens, à de grands sages pour qui ils ont un profond respect et qu’il vénèrent.

 

Le 20 avril je gagne Rishikesh, une ville voisine située sur les bords du Gange en amont, pour suivre un cours de yoga intensif. J’y retrouve Gerry, notre ami suisse arrivé en Inde à vélo, rencontré à New Delhi une année plus tôt. Il est seul, tout comme moi, son amie est restée à Bangkok. Nous passons dix jours ensemble. Il me fait goûter les spécialités du coin, ayant déjà habité les lieux durant six mois l’année passée. Nous trouvons, vers le marcher aux légumes, le fameux « Papu Lassy ». Le meilleur lassy de toute l’Inde. Une boisson à base de yaourt et de sucre. Celui là est agrémenté de banane, ou de noix de kaju, pistache et eau de rose. Au choix. Délicieux !!! Sur les hauts de Rishikesh, ce sont les samossa à la banane et chocolat, et aux pommes, que nous dégustons. Et le tchaï du viel indien, patron des lieux, est le meilleur que j’ai pu boire. Pas trop sucré, et aromatisé d’épices à souhait.

 

Nous partons ensuite tout deux à Dharamsala rencontrer Murielle et Gash et leur acheter quelques pierres ramenée de Jaipur. Murielle est une française qui s’est installée en Inde, ayant rencontré Gash, son compagnon. Ils vivent tous deux de la confection de bijoux. De belles pierres certies de macramé. Sympathique rencontre.

 

Puis nous gagnons New Delhi. Toujours les deux, devenus comme inséparable. De là, je m’envole pour Kathmandou, une grève générale sévissant au Népal. Plus un seul bus ne circule. Il faut dire qu’a la fin du mois, les politiciens népalais sont sencé mettre sur pied une nouvelle constitution avec des élections. Comme il y a plus de 100 partis, ça ne dois pas être évident...

 

Je retrouve Céline et Willie là où je les avais quitté. Qu’ont il fait durant tout ce temps ???

 

 

Peindre pour son exhibition. Ainsi que Paru. Ci-contre, une peinture de Paru.

 

 

 

Vivre le printemps à l’hôtel où nous séjournons. Les propriétaires ont sû conserver un grand jardin, où poussent plein de belles fleures. Il commence à faire chaud, plus de trente degrés.

 

 
 

 .

 

La piscine de l’hôtel vient de s’ouvrir. 15 camions citernes sont passés pour remplir d’eau le bassin.

 


 

.

Willie a fait un peu de fièvre et fait le gourmant. Il a décidé de ne manger plus que de la viande, et en position couchée... Voyez vous ça !!!
 

Les lavandiers sont toujours en activités. 

 

Céline passe chez un encadreurs pour ses peintures et dessins.

 

C’est l’accrochage des tableaux avec BK et Paru à la gallerie Mitilal où va se passer l’exhibition.

 

Cette fameuse exhibition a lieu mi-avril.

Nos "miss" se sont misent sur leur "31" façon népalaise!

Plein d’amis sont passés admirer les oeuvres de nos deux artistes. Chacun veux sa photo...

 

Entre autres Madhu et Niranjan, Surendra, et l’un des professeurs de BK.

Début mai, c’est la grève générale au Népal. Plus un seul véhicule ne peut circuler, sous risque de jets de pierre et de se retrouver incendié. Les maoïstes veillent à la bonne marche de la grève. Ca va durer une semaine, jusqu’à mon retour. Dans les campagne, ça suit bien son cours. Mais à Kathmandou, où les gens sont plus éduqués, le soutient aux maoïstes est moindre et les citadins, après 5 jours de grève, commencent à en avoir marre. Quelques frictions se passent. Du coup, le 8 mai, la grève cesse. Le jour de la rentrée de Mathias. Tous se sont mit d'accord pour repousser d'une année la venue de la nouvelle constitution. Une année de répis.

 

Il commence à faire chaud. C’est le moment de doucher Willie...

 

Nous trouvons enfin une cage pour Willie pour son voyage en avion.

 

Maintenant, c’est au tour de Céline de prendre du temps pour elle. Elle va faire un Vipassana dans un centre juste à côté de chez notre guru Swami Chandresh. Un ashram situé tout au nord de Kathamdou, à l’oreille de la forêt de Shivapuri.

Le vipassana est une méditation à temps complet, dix heures par jours, en silence, sur dix jours. Cette méditation s’inspire de la méditation qu’aurait faite le Bouddha Chakiamouni durant six ans sous son arbre à Baudgaya, et qui l’aurait amené à l’illumination. A l’état d’éveil. Il s’agit de méditer et de s’observer soi-même. De développer une sagesse basée sur l’expérience personnelle en s’observant en silence. Depuis quelques années, plusieurs centres vipassana se sont développés de part le monde. Chacun est libre de pouvoir se rendre dans l’un de ces centres et de faire cette méditation. C’est gratuit, cela fonctionne sur donnation d’argent ou de temps, en allant y travailler. Si vous en avez l’occasion, ça vaut la peine de le faire. Ensuite, il est conseillé de continuer à méditer deux heures par jours. Une heure, matin et soir.

Pendant ce temps je met de temps à autres Willie dans sa cage pour l'habituer à sa nouvelle maisonnette.



 

For the next page, click here! / Cliquez ici pour suivre la suite de nos aventures!


:: Envoyer cet article