Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 153 sur 162
Page précédente | Page suivante

30/10/2007 - L'Albanie2

J120, le samedi 8 septembre Nous avons enfin reussi a se mettre en route. Ouah, quel bonheur de retrouver le chemin. Et en meme quelle tristesse de quitter notre famille d'accueil! Ca a ete des adieux emouvant. On leur a promis de venir leur rendre visite a notre retour de voyage... C'etait comme un nouveau depart.

En fin de journee on est arriver a la hauteur de Mamudras. Nous avons pris une petite route pour trouver un endroit ou dormir. En s'arretant au magasin du coin, le magasinier nous a invite chez lui. Quelle aubaine... Bon, il s'est peut-etre vu force la main lorsqu'on lui a dit que dans le nord de son pays on nous avait a chaque fois offert l'hospitalite....

J 121, le dimanche 9 semptembre Ici le dimanche semble pareil a un autre jour de la semaine. Les magasins sont tous ouvert.
Apres quelques km on s'est rendu compte qu'une roue du carrosse etait curieusement degonflee... Apres plusieurs km d'une recherche infructueuse pour une pompe, malgre les nombreuses station services (A peu pres une tous les 2 km, c'est stupefient. Dont une sur deux en construction... Comme quoi le petrole ca fait gagner des sous! Le litre est aussi cher que chez nous, si ce n'est plus. A peu pres 1,85CHF le litre).
Suite a une pose dans un petit magasin au bord de la grande route, apres avoir attire les curieux du coin, un jeune nous emene vers chex lui pour regonfler notre roue. Du coup il nous offre l'hospitalite. On s'interroge un peu comme il est a peine 16h et que l'on pourrait faire encore un peu de route... Devant tant de gentillesse on fini par accepter. Nous n'avons pas regrette. A peine arriver dans son patelin que chacun voulait se battait pour nous inviter chez soi. Des gens tres gentil. Pour finir on a manger chez les uns et dormis chez les autres pour pas faire de jalou et satisfaire chacuns. Par ici il commence a se construire de nouvelles maison a deux etages et detruisent les anciennes. Dommage, c'est celles que je preferait. Elle degage tellement d'histoire leur vielles petites bicoques...

J122, le lundi 10 septembre Apres un soin osteopathique donne a la maman et avoir montre nos photos nous sommes parti sur le coup des 11h. Apres 2 km on trouve un petit garage pour nous reparer la roue. Un petit trou dans la chambre a air. Ouf, pas grand chose.
10 km plus loin a Vore, tenez vous bien, nous avons du traverser une autoroute avec notre petite charette. Pas de pont par ici. Heureusement que notre ane n'est pas farouche!!! Ca a ete un peu stressant et apres coup on a trouve cela inimaginable. Quel comble!
Etant parti assez tard, on s'est fait prendre par la nuit a la sortie de Shijak en direction de Durres. Comme la region craignait un peu on a fait du porte a porte pour demander l'hospitalite, juste un endroit pour poser la tente. Les premiers nous on juste offert du raisin. Les gens ont un peu peur par ici. Heureusement les suivant nous on accueillit les bras ouvert. Ouf!, juste sincro avec la tombee de la nuit.

J123, le mardi 11 septembre On a marche toute la journee et passons a la peripherie de Durres. On a retrouve la mer en suivant la grande route en direction d'Ellbasan qui longe un bout de cote.

Malheureusement la cote est defiguree par une multitude d'hotel en construction ou flambant neuf. Ici, il ne semble pas y avoir beaucoup de norme pour construire. Dommage qu'ils n'aient pas su preserver la beaute de l'endroit...

Et comme d'autre region que l'on a taverse, comme la croatie par exemple, beaucoup de dechet sont simplement jete dans la nature qui est une vraie poubelle. Dommage, et l'eau potable va devenir tres precieuse dans quelques annees...

Ici, un court d'eau a Elbasan

Sur le coup des 16h, la prochaine grande ville, Kavaje, est proche. Deux heures ca nous semble trop juste pour la traverser et s'en eloigner suffisament pour passer tranquillement la nuit. Comme y a un camping par ici, on decide d'y passer la nuit. Heureusement que le patron est sympa. Car avec notre allure et l'ane, ca femme nous aurait tout bonnement mit a la rue!

Ca va, la nuit n'est pas trop cher. Tous compris 5 euro. Bon faut dire que c'est la fin de la saison, on est les seul dans son camping.

J124, le mercredi 12 septembre a J130, le mardi 18 septembre

On est reparti en direction d'Elbasan que nous avons atteind en trois jours en passant par Rrogozhine et Peqin. A Peqin, cite des anes (en fait pas un seul ane en villes, mais au alentour, dans le pays, tous les 100m on en croisait un, pour le plus grand plaisir de Skadar...) nous avons ferre Skadar.

Arrive a 10h, nous avons du attendre 5h de temps que le specialiste du ferrage arrive. Dans l'attente on a eut fort a faire avec les jeunes excite du coin. Pas bien mechant, ils n'ont pas arrete d'embetter l'ane a chaque fois qu'on avait le dos tourne. Pour eux il est habituel et comme un jeu de le frapper de coup de pied... Fin d'apres midi, un vielle homme, la septentaine, debarque. C'est notre ferreur. Il prend les mesures et s'en va chercher des fers. Il revient peu de temps apres et entoure d'une foule de curieux ferre, patte apres patte notre Skadar.


Il a fait du super bon boulot. Skadar marche encore et ne se plein pas de ses nouvelles chaussures.

Depuis Elbasan on a remonte une vallee en suivant la riviere Shkumbinit en direction de Perrenjas en passant par Xibrake et Hotollsht. xxx11

Apres trois jours de marche, la vallee s'est elargie et on a debouche sur un grand plateau.

Une plaine recouverte de champ entourant la ville de Perrenjas. Une ancienne cite industrielle. Une grande usine a l'abandon a l'entree de la ville. L'accueil ici, est tres chaleureux. Tres vite de nombreux curieux s'amasse autour de nous. On trouve un sac de 20kg de Croune (du son de ble) qu'on prend pour Skadar. Il en raffole! On se fait inviter a boire des verre sur la terrasse du bistrot.


On dort sous tente dans le jardin d'un hotel. Celui de Scheriff. Super sympa. Il porte bien son nom car il travaille aussi comme policier.

Transit par la Macedoine

J130, le mardi 18 septembre Le lendemain on part pour la frontiere avec la Macedoine. L'ascesion du col est rude, des pentes a 10%. Les camion poids lourd nous depasse a vitesse d'homme tellement ils sont charges. La vue sur la paine de Perrenjas est splendide. Grand soleil evidemment. La plaine est morcelee en petit rectangle de plein de couleur par les cultures. Surtout de mais. On atteint enfin le col a 1200m d'altitude.

On est un peu anxieux avant de passer la frontiere. On ne sait pas encore si les papier de l'ane vont suffir pour son passage.

L'athmosphere se detend vite. Vu notre accoutrement et notre ane et son charriot, tous riggole et prennent des photos. Meme les douaniers. Et nous voila passe, sans probleme, comme une lettre a la poste.

On prend qu'en meme le temps de voire le veterinaire pour verifier notre papier. Il est encore valide 8 jours. C'est plus qu-il n'en faut pour passer e Grece. Apres l'avoir viser, mit son tampon "transit par la Macedoine", on reprend notre route. Il est 18 h et le prochain village dans 7 km. Ca va etre juste...

Pour finir on a dormi dans un paturage.
Le lendemain on a fait connaissance avec le berger du coin. Un vieux tres sympathique.

Pour revenir a la page d'accueil cliquer sur le drapeau suivant.


:: Envoyer cet article