Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 146 sur 162
Page précédente | Page suivante

23/01/2008 - Hiver en Grèce, la suite

Hiver en Grèce, la suite


Vendredi 18 janvier

Aujourd'hui Skadar est tout content. Nous étions en pénurie de trèfles séchés depuis quelques jours. Et notre brave âne ne cessait de réclamer son foin... Le voilà tout heureux, bien que surchargé pour l'occasion. Deux énormes bottes de 30 Kg chacune. Gourmant comme il est, il tentait même de brouter quelques brins en marchant. 

Lundi 21 janvier
Voici enfin la photo de la maison de Nikos où nous habitons... Celle aux façades jaunasse et grise.
 

 

Le prè de trèfle en premier plan est celui de Skadar. Notre chambre est au rez, au coin nous faisant face, fenêtre de droite. Celle de Nikos à côté de nous (fenêtre de gauche au rez). L'étage du dessus est inhabité.

A droite de la maison, le couvert et la cour. A gauche, le jardin et le potager.

Vue sur la cour intérieure ou Mathias tronçonne du bois pour le chauffage.

Jeudi 24 janvier Quelques anecdotes...

Je vous rassure, ceci n'est pas du vaudou...

Loulette, notre chienne, a attrapé une poule. Céline tente de lui recoudre les multiples plaies. Et comme il y a eut coupure de courant ce soir là, l'opération de 1h30 s'est déroulée sous l'éclairage des bougies.

Malheureusement la pauvre bête a succombé à ses blessures 3h post-opératoire.

En tout cas, Céline a pu s'exercer à la couture. Au moins une 20 aines de points. Désinfection au Tsipouro bien évidemment...

Céline l'a enterrée dans le jardin le lendemain matin. 

Bien que le coq campe fiérement sur la hache, je vous assure qu'il était le premier à se cacher lorsque la chienne est allée à la chasse aux poules. Et aussi le dernier à sortir de sa cachette. Il a beau faire le fier et pousser son cri de réveil chaque jour, c'est au couart notre ami coq!

Fabrication du fameux Taramasalata. Une salade grecque. Une sorte de pâte à base d'oeufs de poisson, mie de pain, huile d'olive et citron. Un vrai délice. Chaque fois que je viens en grèce je ne manque pas d'en manger.

Nikos nous a appris à la préparer. Pour son plus grand bonheur. Ne cuisinant pas il n'en n'avait pas mangé depuis plusieurs années. Car au restaurant elle provient généralement d'une fabrication industrielle et il ne l'aime pas.

Nous nous sommes régalés... 

C'est un arbre à Kakys. Il ne reste plus que les fruits, l'arbre ayant perdu déjà toutes ses feuilles. Ses fruits se récoltent très tardivement. En novembre-décembre. Ils doivent devenir tout mous et très mûrs pour qu'ils soient mangeables, et délicieux d'ailleurs. C'est presque comme si nous mangions de la confiture... Sinon, ils sont très astringent. A tel point qu'après une à deux bouchées on arrive presque plus avaler.

Lundi 28 janvier Aujourd'hui, il fait grand soleil, mais souffle très fort. Réveillé ce matin par les volets claquant au vent. Une bâche de l'enrepôt s'est déchirée et envolée. En ouvrant la porte d'entrée, nous nous sommes retrouvés nez à nez avec la cheminée à nos pieds... Le temps de réaliser ce qui s'était passé en contemplant les tuyaux éparts parterre, la porte claque derrière nous et un gros bruis de vitre cassée s'en suit. Retour sur nos pas, une grosse vitre est tombée dans le couloir... Arrivé à la bilbliothèque, le bibliothéquaire Nikos nous affirme qu'il souffle anormalement fort ce matin. Ah ben tient, on comprend mieux...

Chaque vendredi matin nous allons acheter nos fruits et légumes au marcher d'Elefteroupoli. C'est l'occasion de faire connaissance avec les gens du coin. Y allant chaque semaine, nous avons nouer des liens. Notamment avec Tomatis et Atanasio qui nous ont invité à souper chez eux à Kavala. A chaque fois que nous passons à leur stand ils nous offrent un grand sac plein de fruits. Et leur voisin d'à côté, plein de légumes. Des gens très gentils. Du coup nous amenons en retour des biscuits ou du pain maison. C'est un troc très sympatique...

 


 

Ici, le marché de Kavala. Les marchers sont encore très populaire ici en Grèce.
 
Istambul, mythique Byzance, se profile à l'horizon comme porte de l'Orient avec tous ses rêves. C'est presque un passage obligé pour nous sur la route du soleil levant. Ville de 12 million d'habitants, nous réalisons que nous ne pourrons pas la traverser avec Skadar. A moins de dormir dans des jardins publiqcs. Mais en banlieue, ça ne doit pas être très sécure. Pétros et Irina partent à Istambul un mois dans un de leurs appartements et acceptent de nous y accueillir. Quelle chance. Nous décidons de laisser ici les animaux et de partir visiter cette "porte de l'Orient".

 

Pour suivre notre visite de cette ville cliquer sur le lien ci-joint:  

 

 

 
Vue depuis les hauteures d'Hortokopi ( qui veut dire littéralement, le lieux ou on coupe l'herbe.)
 
Essais du nouvel arnachement pour le bât.
 
 
Le maréchal ferrand Mathias !
 
 
Dîner avec nos amis de la bilblio. de g à d: Dimitra, Voula et Niko.
 
 
Après l'arnachement, essais des belles sacoches avec un admirateur du village.
 
 
Ambiance relax, avec notre ami Nikos dans un bar à Drama.
 
 
 La maman de Niko est excellente couturière!
 
 
 
Lundi pur, c'est le moment de manger la fassolata de sortir son cerf-volant. Jolie tradition!
 
 Ca grouille de 200 poussins dans notre chambre, cui-cui-cui!
 
 
Visite du monastère, au dessus du village de Nikisiani avec Niko et Marco.
Les chants des nonnes résonnent encore au loin.
 
 

 

Pour retourner à la page d'accueil, cliquer sur le drapeau

 

 

 

 


:: Envoyer cet article