Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 141 sur 162
Page précédente | Page suivante

8/03/2008 - Départ d'Hortokopi, en route pour l'Orient

Nous allons reprendre la route sous peu, d'ici mardi ou mercredi...

Au loin se dessine le grand drapeau Turque flottant au dessus du poste frontière d'Edirne.

[ Range le livre, la description, la tradition, l'autorité, et prend la route pour découvrir toi- même... ]  
Jiddhu Krishnamurti

 

Mercredi 12 mars : demain c’est reparti !

 

Abandon de la charette chez Nikos!

 Nous vivons ce nouvel envol plus sereinement, hé oui on a déjà un départ dans les pattes, mais nous ne sommes pas plus ponctuels pour autant hé hé…Cela fait une semaine que nous prévoyons de larguer nos amares.:"bon le 6 on y va. Mais on se donne encore jusqu'au 10, dernier délais, ok? Mais 12 c'est pas mal car ça fait pile 10 mois qu'on est partis...."

Bref, nous avons pris le temps de dire au revoir à nos amis d’ici, de recoudre des accessoires supplémentaires pour Skadar, de peser retrier nos affaires et de renvoyer le surplus et de faire encore milles autres combines. Nous vivons en ce moment, nos dernières heures de sédentaires et il nous reste encore "un sac"de choses à finir avant que le soleil ne se couche, aura-t-on de petits yeux demain à l'aube? Par ici la nature explose de senteurs et de couleurs: buissons de forticias qui flambent au coin de presque chaque rue et les arbres fruitiers exaltent leurs parfum irrésistible aux nez des abeilles, couronné d'une douce chaleur.

On ronronne de plaisir. Le primtemps est précoce par ici et c'est tant mieux! Nous partirons donc le 13 sur des airs de primtemps!

Jeudi 13 mars

Ben non, plouff... pas eut le temps de tout preparer. Nous decidons de partir le lendemain. En attendant, nous bouclons la boucle avec Hortokopi en disant au revoir a la tata Heleni qui nous avait recu a nouvel ans et pour quelques cafes et babillages avec notre pauvre grec.Au cousin Ilias, notre presque voisin et c-est sa fille et sa famille qui nous recoivent car Ilias n-est pas la, il travaillait tard encore ce soir-la. Un grand Merci a lui, car il nous a aide a remettre le bat de Skadar en etat et l-a meme peint: il est magnifique! Derniere soiree a la taverne de Kiriaki (qui veut dire dimanche) ou nous invitons Nikos, notre hote, a partager des mezes ( tapas grecques) constitues de salades, souvlaki cuites sur les braises( brochettes de viande), patatas( frites)...miam accompagne de resina. Ambiance festive, Nikos chante, on a un peu bu tous les trois, et on a le sentiment de partir "en ordre".

Skadar est enfin prêt à partir! 

Léo, le chat tente de nous retenir, mais il fait pas vraiement le poids face à Skadar.... 

 

  Vendredi 14 mars

Et oui, enfin, nous revoila sur les routes d-Europe. Et pas fache d-avoir repris la route...

Nous passons par Eleftheroupoli et faisons un arret a la bibliotheque pour dire au revoir a Nikos, Dimitra et leurs collegues. Ils nous souhaitent bonne route et prenons celle pour Kavala. Chemin faisant, nous croisons Phillipos, un Grec originaire de Georgie (ou se trouvait une ancienne colonie grecque) qui, joli geste, partage son casse-croute avec nous. Il est tout enchante par notre voyage.

Nous decendons dans Kavala par ses petites ruelles étroites avec une vue magnifique sur la mer toute ensoleillee. Nous sommes a la mi-mars et il fait deja 25 degre au soleil. Plein de fleurs ont deja eclot.C'est d'ailleurs bientot la fin des jonquilles.   

 

 

Passage sous l'aqueduc de Kavala...

 

Kavala avec son chateau

 

Nous nous arretons a la sortie de Kavala dans un port de pecheurs. Et campons sur une petite colline au bord de mer avec vue sur l-ile de Thassos. Le lendemain matin je vais faire connaissance avec les pecheurs du coin. Il est seulement 8h, mais ils sont deja rentre de leur peche et preparent leurs poissons, entre autre la seiche comme c-est la pleine saison, pour la vente. Nous sommes samedi et les citadins arrivent pour acheter du poisson frais. Les pecheurs se regroupent autour d-un feu et font leur collation quotidienne avec du poisson grille. Ils nous invitent a manger... mais vu l-heure nous preferont reprendre la route.

Nous ne résistons pas à vous mettre quelques photos de ce joli petit port et de ses pêcheurs.... 

   

 

C'est la saison de la séche... 

 

Il fait chaud... nous longeons les montagnes grignotees en multiples endroits par les hommes et leurs machines. C-est une region riche en marbre, et de bonne qualite... Regulierement les explosions nous parviennent aux oreilles. Nous campons dans un champs d-olivier.

Nous longeons la route pour Xanthi sur des petits chemins. Et trouvons un endroit tres sauvage au bord d-une riviere pour dormir.

Le lendemain, passer le seul pont dans les environs permettant de franchir la riviere Nestos nous bifurquons vers le sud pour echapper aux grands axes routiers reliant la Grece a la Turquie. Car dans cette region l-autoroute n-est pas terminee et tous le traffic est devie sur les routes nationales.

 

Nous gagnons en fin de journee le village de Melissa. Les villageois sont mefiants et nous regardent de loin. C-est les enfants, accourant pour voire notre ane de plus pres qui nouent le contact. Et bientot ils nous conduisent vers le pretre papas Janis, qui arrete sa lecon de catechisme pour ecouter notre requete. Nous lui demandons l-hospitalite, ou un endroit ou poser la tente. Au debut il est assez reticent, ne sachant ou nous loger. Mais rapidement, et sous la pression de quelques villageois impressionnes par notre voyage, il decide de nous heberger dans sa salle de catechisme. Nous nous retrouvons au chaud a manger des souvlakis et frites qu-un homme nous a apporte. Puis a gouter un plat de pates , des macaroni comme ils disent ici qu-une femme d-a cote nous avait specialement prepare. Et ben, nous sommes aux petits soins... Skadar peut broutter de l-herbe dans un champ mis a sa disposition...  

 Apres un tel accueil nous repartons d-un bon pied sur ces petites routes aux travers de plaines vallonnees, jonchees de champs agricoles et de terrains sauvages. Nous profitons d-un manege de chevaux pour se renseigner sur les sabots de Skadar. Costas, le patron du coin nous dit que son black-smith, son marechal ferrand, revient vers 14h. Il est 11h. Il nous donne du trefle seche pour l-ane et nous propose d-attendre son homme. Dans l-attente nous profitons de visiter son ranch. Il a une cinquantaine de chevaux, dont plus de la moitie son originaire d-arabie. Impressionnant. Il y a trois petits poulains...

Le marechal ferrant, Popeye,  a peine arrive parre les sabots de Skadar. Costas nous offre ce service en nous disant que c-est son cadeau pour notre voyage... Trop sympa. Nous avons eut beaucoup de chance car ses sabots en avaient grand besoin. 

 

 

Nous avencons de village en village dans ces terres agricoles bordant la mer. En fin de journee nous demandons l'hospitalite au pretre de Nea Kessani. Il nous dit qu'ici il n'y a pas d'hotel, mais que ca ne le derange pas que nous campions dans le parc public en face de chez lui... Ok. Si on a sa benediction pour crecher dans le parc, pas de probleme. Il y a l-eau a cote et plein d-herbe pour l-ane.

Le lendemain matin nous realisons que Celine a perdu un pull sur la route. Elle reussit a trouver un velo pour aller a la recherche du dit-pull. Quand a moi je pars avec le pretre, qui mieux reveille ce matin m-a propose de nous aider avec sa voiture. Du coup c-est l-occasion de redire bonjour au papas de Melissa qui nous propose des vetement et a Costas voulant nous donner une veste en cuir... Tres gentil ces gens.  

Apres des recherches infructueuses nous reprenons la route sur les dix heures. La route est devenue tres belle. Nous longeons une digue vers Proto-Lagos, separant une grande lagune de la mer. Sur ce chemin, en traversant un pont nous decouvrons les tallent insoupconne de nageur de Willie qui a decide de gagner la rive opposee a la nage pour se rafraichir...  

 
 

En fin de journee, la pluie menacant le patron d-une auberge accepte que nous campions sur sa terrasse abritee. Il appel meme un de ses amis possedant deux chevaux pour loger notre ane avec des copains equides. Pour le remercier nous allons souper dans son restaurant. Nous faisons la connaissance de Janis parlant anglais. Il nous offre le repas et demande au patron, un Janis aussi, de nous loger carrement dans son restaurant. Nous passons donc la nuit entre deux rangees de tables sur nos matelas. Ouf, car dehors il pleut et cela c-est bien raffraichit. Les temperatures estivales de presque 25 degre sont tombees a 5. Et il y a un fort vent glacial soufflant de la mer...

Quant à Skadar, il a pu loger ses des copains équidés...
  

Le lendemain le temps semble s-etre ameliore. Heureusement. Nous poursuivons notre route au sein des champs. Tres joli le coin. Sur la route de Xylagani nous franchissons une riviere a guet. Skadar et Willie acceptent de se mouiller les pieds sans probleme, malgre la fraicheur de l-eau. Quand a nous nous traversons pied nus, nos chaussures pendues a notre coup. 

   

   

Arrives a Xilagani nous avons rendez-vous chez Brigitte et Nikos. Brigitte nous avait croisee sur les routes grecques il y a longtemps et nous avait promi l-hospitalite au passage dans son village. Les enfants du coin nous dirigent a leur maison. Quel accueil. Douche, lessive pour nos habits, souper, et discussion en francais. Elle est francaise d-origine et son mari grec a depuis appris la langue de Moliere a ses cotes.

Ils nous proposent de rester le lendemain chez eux pour nous reposer. Ca fait du bien apres cette premiere semaine de remise en route...

Nous profitons de faire le visa de Willie pour la frontiere turque a Komotini. Et ouf, le paquet envoye par le papa de Celine vient d'arriver aujourd'hui meme, vendredi 21 mars. Apres 11 jours depuis son envoi de Suisse. Car demain samedi, la poste est fermee. A l'interieur une rainette, un couteau special pour parer les sabots de l-ane et une lime. Et tous un materiel solaire pour charger natel et batterie. Notamment pour notre appareil photo qui surconsomme les pilles. Comme ca nous seront totalement vert... Et quelques petits chocolats. Nous avions oublie que nous sommes vendredi Saint en Suisse et que lundi c-est deja Paques. Car ici en Grece, la Paque tombe le 27 avril.

Brigitte et Nikos sont super sympa. En fait ils ont l-habitude d-heberger des pelerins sur la route de Jerusalem. Et nous apprennent qu-il y a carrement une petite association qui se passe le temoin d-annee en annee, de pelerin a futur pelerin sur cette route. Se communiquant les adresses des differents hotes sur leur chemin. Car ils en ont bien besoin, voyageant sans argent. Recherchant au jour le jour le manger et la couche. Les differentes volees de pelerins se regroupent regulierement et ils ont edite un livre avec leur differents temoignages. Tres interessant. Et beaucoup de leur propos faisait grand echo en nous.

 

Apres ce repos, nous nous preparons a nous remettre en route pour Alexandroupolis que nous pensons joindre dans trois jours, puis dans six jours la Turquie. Enfin... L-Orient, bientot l-Orient sera la....

Samedi 22.3.08. 

D-apres Mathias et ses calculs, c-est precisement le jour 315 de notre voyage. Mais ca nous fait une belle jambe, car ici le temps est si elastique, magique.

Nous repartons de Xilagani ou Brigitte et Nikos nous ont recus avec beaucoup de chaleur. Merci a eux. Nous avons trouve chez eux non seulement un toit, mais un partage, un reel echange qui pour nous est un moteur turbo, vroumm vroumm.  Sans eux, sans tous ces gens qui nous aident chacun a leur maniere, c-est simple pas de voyage.  Ils sont notre richesse, une partie de ce que nous recherchons.  Repartir c-est a la foix un envol et se sentir tout nus. Nus face a l-immensite de la vie qui nous attend, nus aussi, car prives de la chaleur de ceux qui nous ont acceuilli. 

Le sac plein de bon pain, de miel et de milles autres bonnes choses a croquer, nous repartons vers la mer. Le premier village  que nous traversons se nomme Proskinitis, ce qui veut dire pelerins. De bonne augure! Sur la place du village, un homme semble nous attendre. C-est Angelo, a la barbe fleurie. Notre bon ange a l-oeil vif,  prend tres a coeur de nous indiquer sur la carte, les meilleurs routes et sentiers a suivre jusqu en Turquie. Nous arrivons a Platanis, village balneaire en pleine expansion, encore mort vu la saison. Nous longeons la plage ou tronent  coquillages, os de seiche  et algues sechees par grands tas. Skadar ne veut pas y gouter, ca doit pourtant etre plein de proteines...

 



Pour voire le tout dernier volet de notre périple Grec cliquer sur le drapeau suivant...

 

:: Envoyer cet article