Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 138 sur 162
Page précédente | Page suivante

3/04/2008 - Turquie 2
 Pour revenir au précédent vollet sur la Turquie, cliquer sur le drapeau suivant:        

 
 
La pluie commence à tomber. Mais la fine pluie du début commence vite à prendre de l'ampleur. Nous quittons la route principale pour une route secondaire à moindre traffic. Le chemin est bordé de verger. Cette région est proche de la mer et reçoit, par conséquent, beaucoup de pluie. C'est pourquoi la région est très verte, et surtout en cette saison. Les habitants du coin profitent de l'abondance d'eau pour cultiver des fruits. Surtout des cerises, pêches et pommes. Quelques poires aussi.
 
La pluie commence sérieusement à nous tremper. Heureusement nous trouvons rapidement un abri en arrivant dans le village de Umurbey. Un grand toit de taule à côté d'une station service. Les gens du coin sont super sympa. Nous fraternisons avec Mohamed et Hibrahim. Il nous prette une petite chambre pour la nuit et un ami vient nous apporter un repas dans la soirée. Une çorba (soupe), du fromage fait maison, des olives et pommes du coin. Mmmh, nous nous régalons. Nous avons bien dormi ce soir là.
Le lendemain il pleut à grande averse. Nous devons attendre les 13h pour voire une accalmie et reprendre la route en direction de Canakkale.
 
 
   
Les paysages verdoyant de ces terres bordant le défilé des Dardanelles sont magnifiques.
En milieu d'après-midi nous nous arrêtons au village suivant, Yapeldak, pour nous reposer et manger à l'abri. Au début une foule s'agglutine autour de nous. Nous sommes une vraie attraction. Les derniers aventuriers dans ce village sont passé il y a 20 ans. Un couple à vélo sur la route de Jérusalem...
Rapidement un homme parlant allemand et son neveu parlant anglais nous prennent en charge. Nous nous retrouvons attablé au bistrot à boire le thé.
 
 
Puis le patron du bistrot d'à côté nous apporte une soupe, du fromage et des olives. Puis c'est au tour d'un villageois de nous amener un bonne soupe avec de l'agneau. mmmh délilcieux tous cela. Y pas à dire, il savent ce qu'est l'hospitalité par ici! Y a même Skadar qui se retrouve avec un sac de grain autrour du coup et Willie avec un bon morceau de pain. Nous pouvons loger les animaux dans une salle de fête sous cléf et nous logeons dans un bureau communal. Une sorte de chambre d'ami de secours. Ils ont même nettoyé la douche exprès pour nous. Quant au toilettes elle se trouvent dehors. Et comme c'est celle du bistrot et que les femmes n'y viennent pas, l'eau n'est pas branchée chez les femmes.
  On nous fait comprendre de manière diplomatique, en nous disant qu'il n'y a pas de lumière chez les femmes, que Céline, en ma compagnie, peu aller dans les toilettes des hommes.  Nous passons la soirée au bistrot entouré de vieux comme de jeunes, tous plus curieux les uns que les autres. Nous leur montrons nos photos apportées de Suisse.
 
 

En voulant regagner le bistrot je m'arrête devant la maison du four à pain. Là deux femmes viennent d'arriver avec leur pain à cuire pour la semaine. Une femme porte carrêment une grande planche compartimentée en 7 parties contenant chacune une pâte à pain. Elle vient cuire son pain pour la semaine.

 
J'en profite pour faire quelques photos. Cettes pratique ayant malheureusement disparu dans nos pays dit "civilisé". Dommage, car son pain maison est drôlement bon. Et se conserve dix jours. Il n'est pas tout sec un jour après comme nos pain "industriel". Sa maman, touchée par mon attention à leur travail me fait cadeau de l'un de ses pains. "Sag ol" (merci).
Le lendemain le beau temps est revenu. Les paysages sont si beau que je ne résiste pas à vous mettre quelques photos supplémentaires...  Pour le plaisir des yeux et vous faire rêver un peu! 
 
Au loin le défiler des Dardanelles avec son traffic de gros bateau reliant la méditerranée à la mer de Marmara puit la mer Noire en passant par le Bosphorus.
   
 
 
  C'est tellement vert que Skadar voudrait s'arrêter tous les dix mètres pour brouter...
 

Aujourd'hui 8 avril, nous arrivons à Canakkale. Nous nous arrêtons dans un poste de police pour faire notre permis de séjour. Mais en fait nous sommes à la police des finances. Pas de problème que l'on nous fait. Après un coup de fil et une demi heure d'attente, deux policiers arrivent pour manager la chose sur place. Mais ce n'est pas facile à obtenir. Pour eux il n'y a pas besoin de faire ce papier. Nous pouvons rester 3 mois sans visa et au bout de ces trois mois demander un temps supplémentaire. Ok, et bien que je ne sache pas ou je serait dans trois mois nous nous rangeons à cette solution. Sinon nous devons trouver une adresse à donner de cette ville et payer 250 lire turque, soit environ 250 CHF par personne. Ca nous semble un peu cher.

En repartant nous sommes inviter à venir prendre le thé dans un magasin de photo. Il me montre un article paru dans un journal turc à notre sujet et mit sur internet.  
 

Et ben... Cinq minutes plus tard deux reporters débarquent et nous interviewent. De fil en aiguille et le temps passant, nous finissons par camper dans le parc de l'immeuble. Demain, nous avons rendez-vous dans une école pour présenter notre voyage aux élèves....

Le lendemain donc, un professeur de cette école privée vient nous chercher. L'enseignement, notamment des langues étrangères n'étant pas toujours d'un bon niveau à l'école publique, beaucoup de famille aisée préfère placer leur enfant dans des écoles privées.

Sur la route un vielle homme tente de nous vendre son âne. Mais il a les pieds en si mauvais état que nous déclinons son offre...

Nous avons participé à un cours d'anglais, le rendant plus attractif pour les élèves qui nous posaient des questions sur notre voyage.

Ce fut un échange sympa... Mais ce fut surtout pour faire pratiquer l'anglais aux élèves et peu sur la dimention humaniste de notre voyage.

La visite de l'école fut très intéressante. Les professeurs ont une grande liberté pour rendre très attrayant leur cours...

 

 

L'équipe des serveurs...

 

 

Le garde police de nuit. Chaque soir il m'offrait un thé...

  

Can, le patron très sympatique.

Nous reprenons la route en fin de journée. Pour s'arrêter en fin de journée dans une station de service  couplée avec un building de vente et service pour voiture fiat appartenant à une société privée, Miller.

Nous avons camper le premier jour sur leur parking. Par la suite, Céline étant tombée malade, il nous ont offert l'hospitalité durant 5 jours et nuits. Avec une chambre rien que pour nous deux. Et en plus nourrit. Ce fut très généreux de leur part. Nous aurions pas trouvé mieux pour que Céline puisse se rétablir. Tous très sympatique dans cette station service.

 

Murat le responsable restaurant.

 La station service comporte même un petit zoo. Skadar a pu faire copain avec un âne...
 

Cinq jours plus tard, nous nous sommes remit en route. Toujours très tranquillement dans cette Turquie très hospitalière.

Nous avons rallier Tevfikyie où nous avons camper avant d'aller visiter le lendemain, le 15 avril 2008, le site de l'ancienne citadelle de Troie. Histoire de relier notre voyage à la mythologie grec du fabuleux voyage d'Ulysse.

En montrant un article de journal turc exposant notre périple, le gardien du site nous a offert deux billets d'entrée. Y a des avantages à venir à pied depuis la Suisse...

Troie a été construite 3000 avant J-Christ. La mer reculant petit à petit, a cause du dépôt d'aluvion chargé par la rivière Menderes, la région est devenue marécageuse et insalubre. 500 ans après le Christ, la ville fut désertée...

En ce moment elle acueille 500'000 touristes chaques année. Beaucoup de curieux, surtout après la parutions de la production hollywoodienne de Troie avec Brad Pitt. Les entrée ont pratiquement doublé!!!  

 
                               

Le plateau aux alentour de Troie 

                     
 

Arrivé dans le village de Uvecik, un vieux nous propose en nous voyant passé de nous vendre son âne... Ca tombe bien, nous en cherchons justement un pour alléger Skadar et emporter plus d'eau cet été. C'est une ânesse de 5 ans, pour 30 Ytl (30 CHF). On demande à voire la bête.

Peu de temps après, Skadar est tous content de trouver une nouvelle copine qu'on ne le contient plus... Nous espérons qu'elle n'aura pas des petits en cours de route dans une année! Mais ça, c'est loin d'être sûr vu l'ardeur de la bête!!! 

 
 

Vu l'heure tardive nous demandons l'hospitalité. Aladin parlant allemand ayant travaillé 30 ans à Hanovre nous fait la traduction et s'occupe de nous. Nous sommes logé dans la maison communale en construction et il nous achète le souper au bacal, l'épicerie du coin. Quelle générosité.

Après quelques thés et échange dıvers au bistrot du coin, je viens sur internet vous mettre ces quelques nouvelles...

Savez-vous que par ici, le prix de quatre soirées d'internet café ou trois kilos de miel correspondent au prix d'achat de notre ânesse avec son samari (la selle qu'on lui met sur le dos pour porter les bagages). Et que ce prix correspond à la location d'un âne en Suisse pour une demi-journée... Bon nous avons eut beaucoup de chance d'avoir un si bon prix. C'est ainsi, l'âne par ici est passé de mode. Il se fait gentilement remplacer par les tracteurs. Alors qu'en Suisse, cet animal revient à la mode pour le tourisme...  Enfin, c'était pour vous faire une petite comparaison entre différentes choses et leur valeurs très relative suivant les époques et les lieux. 
Mercredi 16 avril 2008 
Pour Fatima, aujourd'hui,  c'est le grand départ. Départ de sa patrie natale pour dés à  présent parcourir la route de la soie.. Pour l'occasion nous lui parrons les sabots, car elle en a grand besoin!
 
Moments d'émotion pour son ancien propriétaire, le vieux Salih Mulayim, qui gentiment nous aide à lui mettre la bât et à le charger.  A la voir à l'oeuvre,  on voit de suite qu'il s'y connaît! On le mitraille de photos car c'est un joli moment émouvant. Puis, il reste là, assis la canne à la main et  la caresse encore un peu. On voit qu'il l'aimait et en a pris grand soin, elle a un pelage luisant et doux comme de la soie. On lui donne notre adresse et lui enverrons des nouvelles et des photos.
 
  
 
 

:: Envoyer cet article