Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 133 sur 162
Page précédente | Page suivante

23/04/2008 - Turquie 5

Turquie, 5ème chapitre


Nous reprenons notre route dans les montagnes...
Il se met à pleuvoir, la route de terre se transforme en vrai gadoue. Nous finissons par avoir les chaussure trempe. J'ai les pieds dans une piscine! Ca ne va pas arranger mon rhume. D'abord la pluie au boud de mon nez et maintenant partout autour de moi.

Ayant franchit le col, nous entrons dans des forêts de pain parsemépe de gros rocher de plusieurs mètres de diamètres. C'est très beau. Nous arrivons dans un village en traversant des fabriques de pavé. Ca semble sur-naturel. Nous nous adressons aux premiers villageois qui rapidement comprennent notre situation et nous invitent chez eux pour prendre un thé chaud et nous restaurer. Nous ne demandons pas mieux. Il fait bon de retrouver une pièce chauféé chez Ibrahim.

Je commence à tomber malade, fort rhume et début de toux.

Ce sont les voisins, Mustafa et sa femme, ayant plus de place, qui nous hébergent pour la nuit. Le lendemain je passe ma journée au lit pour me rétablir. Céline va faire la connaissance des gens du coin.

Le soir nous sommes invités chez un autre voisin, un autre Mustafa, pour le souper. Qui se prolonge tard dans la nuit et nous finissons par dormir chez eux. Le lendemain, nous restons encore dans ce village et Mustafa nous montre comment il va à la cueillette au pive de sapin pour leur pignon très prisés. En fait nous somme dans une région qui s'appelle Kozac. Qui signifie "pin". Et en plus en plein dans la saison de la récolte qui dure un mois.

La région est recouverte de pain. Il y en aurait plus d'un million selon notre logeur. Il nous montre une longue perche, avec à son bout, un crochet.

Nous l'imaginons décrocher les pives avec cet ustencile depuis le sol... Mais non, pas du tout. En fait il lui sert bien à décrocher les pives, mais depuis le sommet de l'arbre. Et son engin lui sert aussi pour monter dans l'arbre. C'est très impressionnant de le voire monter dans les pins à 10 voire 20 m du sol... Nous n'avions pas conscience, en mangeant nos pignons en Suisse dans une bonne sauce pistou pour spagettis que cela nécessitait un tel travail!

Avec 20 Kg de pives égrennées on obtient 1 kg de pignons qui a une valeur marchande entre 40 et 50 Ytl (40-50 CHF). Une pive comprend entre 100 à 120 pignons. Chacun est entouré d'une petite coque à casser. Nous comprenons maintenant pourquoi les pignons sont si cher par chez nous...

Et Kozac est la région principale dans toute la Turquie où grandissent ces pins. Il existe quelques autres endroits, mais toute la production est ramenée ici avant d'être exportée.

Cette région a aussi une autre richesse, le granit. Depuis plus de 30 ans les villageois fabriquent des pavés qu'il exportent vers l'Europe. Notamment en Italie, Allemagne et Espagne. En fait tous les gros bloquent qui parsément la forêt sont fait de granit. Mais depuis 15 ans, les travailleurs ont commencé à creuser pour prendre le fameux granit. Tant mieux, car cette forêts parsemée de ces gros rochers et de pins est magnifique!

La région est si belle et intéressante et les villageois si accueillant que nous restont un jour de plus.

Pour cette troisième soirée, nous somme invité pour le souper chez Vedat. Un jeune professeur d'histoire de l'art. Il était stiliste avant, mais les emplois d'état sont plus intéressant. Il pourra, après trois ans de travail, bénéficier d'un permis "vert" je crois, qui lui permettra d'aller en vacance dans l'espace de Chengen en Europe. Sinon, pour un turc, sans ce permis, il est difficile d'avoir un visa pour l'Europe. Il leur faut soit une invitation, soit 50000 Ytl sur leur compte en banque. De plus, il a des avantage pour les assurances je crois, il bénéficie d'un logement d'état et en tant que professeur de trois mois de vacance. Ca semble en effet assez avantageux!

Nous allons passer la nuit chez un autre voisin, Memet. Nous nous réveillons tard et décidons de partir le lendemain. Et profitons de découvrir plus en détail la vie de par ici. Comme la fabrication des burek avec leur pâte si fine... De visiter les 6 petits chiots de la chienne d'Ibrahim. De voire aussi un petit vaud né la veille... D'aller apprendre à traire une vache à la main avec une grand-mère... Et de préparer nos affaires bien-sûr.

Demain, le 1er mai, est un grand jour. Normalement nous devrions rencontrer Hugues.

Un ami parti avec un mini-bus voyager dans les balcans et au moyen-orient durant 8 mois. Avec comme projet de shoot-it (cf le lien suivant). En deux mot de réaliser une journée sportive avec des enfants et de recueillir des fond pour améliorer leur environnement scolaire. Et ceci sur les 5 continents. En ce moment il est à Ismir, sur le chemin du retour. Ces fonds ne lui permettant momentanément pas de continuer plus loin... Pour plus d'info sur cet autre voyageur cliquer sur le lien suivant: http://www.shoot-it.populus.ch/

Nous avons reçu beaucoup d'hospitalité dans ce village d'Aşağicuma. Chaque jour nous avons manger et dormi dans une autre maison. Chaques voisins ont voulu nous inviter.

  Nous garderons un très bon souvenir de l'endroit.

Aujourd'hui c'est le premier mai. Hugues nous informe qu'il a repris la route depuis Ephèse et qu'il arrive à notre rencontre. Nous restont en contact par sms pour diriger nos chemin dans le sens d'une rencontre très attendue... Et enfin, nous voyons au loin débouler son gros bus camping... 

Retrouvaille émouvante. Et assez symbolique. Lui arrivant du moyen Orient par l'Egypte, la Jordanie et la Syrie. Retrouvant une turquie très modernisée. Nostalgique du silence du désert. Et nous avanceant pas à pas vers l'Orient. Nous nous rencontrons sur le seuil de la porte, ici en Turquie...

 

Des gendarmes s'arrêtent et nous avertissent que le coin n'est pas idéal pour camper, malgré ses beaux paysage. Ils nous invitent à gagner le premier village à 15 km. Hugue nous suit d'arrêt en arrêt avec son bus jusqu'à Incejikler. Les villageois nous indiquent un coin vers la rivière pour camper et nous offre un thé, comme c'est de coutume par ici. Nous sommes resté trois jours en ce lieu pour comémorer nos retrouvaille et vivre cette rencontre, tellement nous avons à échanger. 

Nous avons profiter de visiter Bergame avec son Acropole. Très beau site archéologique. De belles colonnades et un magnifique amphithéâtre avec une vue plongeante vertigineuse et grandiose sur la ville en contre-bas. Les colines alentours sont rouge de coquelicots...
   

Nous profitons de fraterniser avec les villageois. Chaque jours chacun amène sont lait au bord de la route où un camion passe le collecter et l'amener à la ville.

Les hommes vivent aux bistrot et les femmes se retrouvent ensemblent dans diverses maison pour discuter. Céline en profitent pour se joindre à elles et mieux connaîre leur coutumes. Quant à Hugues et moi nous fraternisons avec les jeunes du coin dans un partie de foot.

Pour voire la suite de nos aventures, cliquez sur le drapeau suivant:


:: Envoyer cet article