Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 131 sur 162
Page précédente | Page suivante

15/05/2008 - Turquie 7

 Turquie: chapitre 7


Mardi le 13 mai 2008

Au matin cet homme vient nous chercher et nous emmène chez lui pour le déjeuner en compagnie de sa famille. Super sympa!

Nous repartons en fin de matinée par les petites routes dans la vallée. Au loin la montagne habritant Meryemana nous appel... Sur la route nous sommes invité à prendre le thé et ont nous offre un repas. Nous repartons avec deux gros sacs plein d'orange et de pamplemouse. Par ici il y a plein de culture d'agrume. Nous traversons les vergers et arrivons à Selcuk. Enfin! Mais l'énergie du lieu n'est pas agréable. L'endroit est très touristique à cause du site archéologique d'Ephèse et de Meryemana. Du coup les autochtones sont moins acueillant. Le respect et les vraies valeurs se perdent au profit de l'argent... Enfin, nous ne nous attardons pas et nous dirigeons vers la montagne à gravir pour visiter et se recueillir à Meryemana. Nous gravissons les six km de route sur le flan de la montagne. La vue qui se découvre sur la ville de Selcuk et de ses abords est magnifique. Nous entrevoyons les ruines d'Ephèse et l'énorme basilique de Saint Jean. L'apôtre pérféré du Christ qui a eut pour tache de s'occuper de Marie et qui est venu expirer à cette vie au même endroit qu'Elle.

Nous nous dépéchons car il est tard et les gendarmes ferme la route à 19h. Arrivé à Meryemana nous comptions demander l'hospitalité au monastère. Mais en réalité il n'y en a pas! Il y a bien une maison où vivent deux frère capucins avec deux soeurs et deux aident, mais ils n'ont le droit d'accueuillir que leur famille. L'endroit leur est preté. Le frère Adriano se trouve bien emprunté devant notre demande. Il y a une mini-caserne où habitent une bonne vingtaine de gendarmes et soldats pour protéger le site de tout attentat. Le frère Adriano s'est vu infligé un coup de couteau par un fanatique musulman il y a quelques années. Tous le monde était en émois par ici. Vu l'important revenu qu'offre le tourisme à la Turquie il est nécessaire pour les militaire de protéger les sites touristiques pour que cette "vache d'or" ne tarisse pas! Et l'incendie d'il y a trois ans n'a pas arrangé les choses. Tout camping est interdit ici! 

 

Le groupe de gendarme gardant le site de Meryemana.

 

D'habitude le frère Adriano reconduit les pélerins, mal informés comme nous, à une pension en ville. Mais vu que nos ânes entrent difficilement dans sa voiture et que la nuit arrive, ça pose problème... Après un coup de fil au commandant, ouf!, nous pouvons, exceptionnellement être hebergé chez les capucins. Quelle chance! Le soir nous fraternisons avec les soldats. Ils font leur service durant une année et demi, sans permission. Leur famille peut éventuellement venir les trouver. Mais vu les distances souvent grande entre leur lieu d'habitation et d'affectation, ces jeunes de vingt ans ne revoient souvent pas leur famille et amis durant tout ce temps. 

Au matin du mercredi 14 mai, et avant le flot de touristes, nous avons la chance de pouvoir suivre la messe catholique donnée en italiens par les frères capucins en cette petite église construite sur les fondations de la maison qu'aurait habitée la Vierge Marie à la fin de sa vie. Pour les autorités turques c'est un musée.
Le moment est très touchant et symbolique. Surtout lorsque j'entend le récit biblique évoquant l'événement de l'apostolat de Mathias en remplacement de Juda. Mathias n'est nommé qu'une fois dans toute la bible! Et juste aujourd'hui il en parle... Je me suis senti dissoudre dans l'énergie du lieu... Difficilement explicable, un moment très touchant! en déjeunant en compagnie du frère Adriano nous apprenons que nous sommes le jour de la Saint Mathias. Notre jour de retard en ce lieux avait bien une explication...

 

 

Ici le mur avec les voeux déposés par les pélerins en ce lieu.

Après avoir remercié les gendarmes pour leur gestes nous gagnons le site d'Ephèse. En descendant la montagne nous croisons quarante cars plein de touristes...
 

A l'entrée du site, présentant un article paru sur nous dans les journaux, nous recevons deux entrées en tant qu'invité. Comme quoi, cela a ses avantages de venir à pied...

 

 

 Le site d'Ephèses est grandiose. Deux amphithéatre, de grandes allée entourée de colonne et surtout une façade majestueuse de l'ancienne bibliothèque en partie reconstruite... et une statue d'une madone d'une richesse étonnante de symboles! Malheureusement pour le site, beaucoup de statues trouvées sont à Londre. Les sultans ayant accépté que les anglais se servent dans ce site archéologique en échange de leur aide dans la construction du train. Ce site vaux néanmoins le détour!Lors de cette visite nous faisons la connaissance de Clémentine et Vincent, un couple de jeune français en route pour la Mongolie. Etonnante rencontre. Bon il le font en trois mois en transport publique, mais tout de même...

 
  Nous pique-niquons ensemble avant de nous remettre en route. C'est dans le village de Camlik que nous posons la tente. Nous sommes invité à souper dans deux endroit en même temps. Histoire de bien fêter la Saint Mathias!

Nous faisons la connaissance d'Serhan. Un commerçant dans le marché du cuir qui a son magasin en face de notre tente. Il nous met à disposition sa connection internet. Comme nous avons beaucoup de retard en écriture sur notre blog, que nous sommes aussi un peu fatigué, nous profitons pour rester un jour de plus. Le matin nous sommes invité à déjeuner chez des voisins. L'après-midi arrive une agence de presse nationale. Un caméramane, deux photographes et un reporter viennent faire un reportage sur nous et notre voyage. C'est Erdouane qui les a appelé. Du coup cela fait un peu de publicité dans leur village. C'est un échange. Et nous aimons témoigner de ce que l'on fait. Ce voyage est aussi un chemin de paix, reliant beaucoup de pays qui ne sont pas toujours amicaux...

 

Fatma est en chaleur en ce moment... Elle titille Skadar qui devient franc fou! Huir soir il a carrément sauter sur Willie. Essayé de le mordre en se couchant dessus...  Mais non Skadar, Willie n'est certainement pas un concurrent potentiel!!!

Et l'autre jour, ayant vu un autre âne sur le chemin, elle est restée en arrière, s'est arrêtée et a attendu d'être hors de vue pour repartir en arrière pour aller rendre visite à ce copain vu sur la route pour faire plus ample connaissance. Pas si bête que ça l'ânesse. Heureusement que j'ai fait attention et senti la combine... 

Enfin nous partons plein est! Dans une nature très verdoyante et héteroclite. Le blé est quasiment mûr. Les foins sont coupés. Il fait 35 degré au soleil si c'est pas 40. L'été est déjà bien présent!

Nous découvrons de nouveau fruit comme les duts.

   

   
   

Nous avançons de village en village et nous adressons au muktar pour savoir où dormir. Et généralement quelqu'un nous offre l'hospitalité pour la nuit.

Dans la région de Yenipazar, c'est la culture des tomates. Nous découvrons de grand champs plein de plans de tomates. Jamais vu autant. Sur les places de village, en place de la statue se trouve une énorme tomate...  

 

 

   

Les traditions sont très vivantes par ici. Ce soir, le 20 mai 2008, à Mescitli köyu, nous avons vécu la fête de départ du fils pour ses 18 mois d'armée. Il part pour Ankara. Le soir toute la famille et les amis du village sont invités dans le jardin de la maison. L'aspirant Imam fait l'annonce à la prière. Un silence profond rêgne. Tous se recueillent, les mains tournée vert le ciel.

 

Il y a une très forte présence et un grand respect dans ce moment de recueillement. Comme si le prophète était encore présent en chair et en os. Puis l'Imam récite une prière. Cela m'a fait pensé à une prière que l'on fait pour le guerrier qui par au combat. Le jeune, munit d'un foulard rouge sur les épaules, comme c'est la coutume, salue les personnes présente les une après les autres. Un dernier aurevoir, dans une année et demi. Ensuite tous montent en voiture, ou dans le bus qu'on a amené pour l'occasion. C'est un vrai cortège de claxon qui escorte le futur militaire juqu'à la gare des bus la plus proche. Il part prendre son bus pour Ankara où il entrera en service demain.
Une maison typique turque à Karacasu. Les quelques chèvres sur le camion jaune regardent passer dubitatives notre caravanes...  

 

Nous continuons notre chemin en direction de Tavas sur de petites routes, évitant les grand axes routiers. Ce faisant nous passons loin de Pamukkale et Hierapolis vers Denizli. Mais nous ne manquons pas de visiter le site d'Aphrodisia. Magnifique. Il se trouve sur une plaine, entouré de champs de blé déjà tous jaune soleil. Ce site est presqu'aussi étendu que celui d'Ephèse, moins bien restauré, mais son musée possède de très belle statue. Il y a 30 ans se site était encore habité par un village.

Pour tout vous dire, arrivé à l'entrée du site, un des gardiens nous à convié à mettre nos animaux dans l'enceinte du site, nous avons manger en sa compagnie et il nous a offert la visite du site. Il y a quatre famille qui vivent sur le site même. Ce sont les gardien et les jardiniers avec leur famille. 

 

Pour plus de photos de ce site cliquez sur ce lien! 

 
Nous  redescendons dans une grande plaine...  
 

Le lendemain nous passons par Kızılcabölük et invité pour boire le thé sur le chemin, nous découvrons une petite fabrique de textile. En fait, c'est le principal travail dans la région. Après demain, et sur trois jours (les 25, 26 et 27 mai), c'est la foire au textile dans cette bourgade. Dans la petite fabrique que nous visitons nous découvrons de vielle machine à tisser suisse.

Pour voire la suite de nos aventures, cliquez sur le drapeau suivant:     


:: Envoyer cet article