Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 84 sur 162
Page précédente | Page suivante

8/02/2009 - Pakistan 7
Pakistan : chapitre 7
 
Ben non, en ce lundi 25 janvier 2009, grosse désilusion et incompréhension. L'Inde nous refuse le passage. Ils ne veulent pas nous laisser entrer avec nos ânes... Pourtant, à la "High commission" de l'ambassade indienne à Islamabad, après avoir consulté les documents et passeports de nos animaux, ils nous avaient dit que c'était en ordre. Que nous pouvions passer la frontière sans problème. Enfin, c'est la fin de journée, la frontière ferme et fait place au spectacle de descente des drapeaux. C'est pas vraiement l'heure des pour-parler. Surtout qu'ils hurlent dans leur haut-parleurs. C'est à qui fera le plus de bruit entre pakistanai et indien. "Jeu de gosse quoi...!" 
 
 
Céline en profite tout de même pour voir le spectacle. Moi je reste avec les animaux et affaires, refoulé à la douane pakistanaise.
 
 
Les gens viennent de loin voire ce "spectacle" qui est plus un défilé militaire qu'autre chose. Céline revient un peu déçue. Elle pensait voire de la danse...

 
 
De retour à la douane, visite chez le commissionaire (grand chef des lieux) qui nous offre sont aide. Il met à notre disposition une chambre à la douane où nous pouvons poser nos affaires et dormir, et nous pouvons prendre nos repas gratuitement à l'hôtel. Nous sommes ses "invités". Ce qui est toujours aussi sacré chez les musulmans!
 
Nos ânes logent à nouveau chez la famille de l'Imam. Au matin nous allons chercher des herbes pour les bufles et nos ânes.LA végétation poussent rapidement par ici et surtout en cette saison visiblement.
 

 

Au matin, comme c'est très humide, il y a souvent un peu de brouillard. Qui se dissipe rapidement, le soleil rayonnant de tout son astre ici en Inde.
Ces herbes fraichent sont broyées et mélangées à de la paille avant d'être donnée comme nourriture aux animaux.

 

Nous prenons contact avec notre ambassade à Islamabad qui va s'enquérir de la situation auprès de son homologue indinne, et aviser notre ambassade de Dehly. Nous téléphonons aussi à l'ambassade indienne. Pour eux, ils n'y a pas de problème, le chef de la douane indienne a le pouvoir de nous laisser passer ou non. Ok, nous retenterons le passage demain. Nous faisons connaissance avec le monde qui "gravite" autour des lieux qui nous renseigne sur l'endroit. Avant 1984, c'était les années glorieuses. Chaque jour, plus d'une vingtaine d'autobus à touristes passaient par là. Remplis de hippies... Après la mort d'Indra Gandhi, Fille de Nerou et premier ministre de l'Inde, la douane fut fermée durant six mois. Il n'y avait que trois jours d'ouvert mensuellement pour les touristes. Pour l'histoire, Indra Gandhi fut assassinée par sa garde personnelle sik après avoir fait vider le temple d'or, le haut lieu spirituel sik, à Amritsar.
Par la suite, le tourisme repris peu à peu, mais jamais autant que par le passé. Et le 11 septembre n'a pas amélioré la situation. Maintenant ce sont surtout des touristes locaux qui viennent pour la manifestation de la descente du drapeau en fin de journée. Ce qui fait subsister les commerçants du coin. A croire que cette manifestation a été créée pour cela!
Nous apprenons aussi qu'un homme avec un gros camion est passé avec son chameau il y a huit ans. Ce devait être Goran, notre ami rencontré à Dogubaiazit, vers la fin de la Turquie. Il y a deux ans, le premier ministre indien a reçu un cheval qui a transité aussi par ici. Comme quoi, les exceptions sont possibles. Nous apprenons aussi qu'à de multiples reprises, certaina touristes ont essayé de franchir la douane en charette tirée par un âne. Et que malheureusement ils ont dû revendre leur bête avant la frontière. Bon, c'était des ânes pakistanais qui n'avaient pas de papier. Les notres sont "européens" et ont un passeport...
 Je me retrouve a donner quelques soin ostéopathique. A l'ami d'un commerçant pour le remercier pour les nombreux thés offert, et à l'Imam. Le soir nous faisons la connaissancede deux jeunes polonais, Michael et Suzanne. Il débarque de deux semaines d'auto-stop depuis leur contrée.  Et font route pour le Nepal. Nous passons une sympathique soirée en leur compagnie.
Le lendemain, deux télévisions pakistanaises, CT42 et Géo, viennent nous interviewer sur notre voyage et les difficultés que nous rencontrons ici à la douane. Ils sont tout content d'apprendre que nous avons des problèmes du côté indien, et aucun du côté pakistanais. Evidemment!

 

Nos amis polonais nous ont attendu, et c'est en fin de journée, juste avant la manifestation douanière, que nous tentons le passage. Bien que les TV auraient bien voulu que nous reportions notre départ au lendemain. Pour leur "scoop"...

 
Le moment semble providentiel. Nous arrivons juste avant la fermeture devant les grilles. Nous réussissons à avancer un peu, comme pousser par les soldats pakistanais qui aimeraient nous voire réussir. Les indiens aussi, ils semblent être de méchent. Car face à quelques bureaucrates qui sont tout excités voulant nous faire rebrousser chemin, ils semblent ne pas vouloir les écouter. Si bien que, petit à petit, pas à pas, nous avançons. Et finissons par nous retrouver de l'autre côté de la barrière pakistanaise qui se referme rapidement derrière nous. Nous avançons encore... Sommes à nouveau arrêté, puis quelqu'un comme par miracle nous fait avancer pour de bon. Et c'est juste après les gradins de la manifestation que nous sommes arrêtés. Là, plus possible de nous faire avancer. Ils tentent de nous faire rebrousser chemin. Nous insistons à voire le reponsable. Comme il ne vient pas, et qu'ils insistent pour nous ramener au Pakistan et commence presqu'à nous crier dessus, je m'assois à terre. Ils finissent par tenter de m'emmener de force. Je me laisse faire. Et c'est porté par quatre soldats qu'ils tentent de me mettre dehors. Mais manque de chance pour eux, il est trop tard. Ils ne peuvent passer ainsi devant des centaines de spectateurs... On me ramène vite en arrière. Ils finissent par accepter de nous laisser prendre pied sur leur terre. Notre entrée est tamponnée, notre chien pas de problème, mais en ce qui concerne nos ânes, malheureusement, ils sont en détention douanière jusqu'à ce que nous ayons une permission d'importation pour eux. Ok, c'est déjà un grand pas de fait!!!
 
 
Nous sommes enfin arrivé en Inde! Bien que nos ânes soient bloqués à la frontière!
 
Mercredi 27 janvier

:: Envoyer cet article