Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 77 sur 162
Page précédente | Page suivante

11/03/2009 - Inde 4

Inde : chapitre 4



Dimanche 15 février, un petit tour de bassin au Golden Temple pour se ressourcer et prier pour la libération de nos ânes.

 

 

 

Travail sur internet, histoire de préparer notre semaine à New Delhi. Lettre, mail, prise d'infos diverses.

Vers 23h30, départ en "rick-show". Bon je crois que l'orthographe c'est vraiement pas ça, mais ça sonne comme il faut aux oreilles. C'est le "taxi vélo troie roues" indien. En route pour la gare, notre train de nuit pour la capitale part à 23h55. Après une petite nuit, arrivée à la ville. c'est pas vraiement le cinq étoile pour une bonne nuit de sommeil. Pas mal secoué, des courants d'air, et régulièrement de nouveau arrivants durant la nuit qui ne savent pas chuchotter et sont obligés d'avoir pleine lumière, d'allumer les "spots" du wagon pour s'y retrouver. A croire qu'ils sont un peu aveugles... Non, c'est juste qu'ils ont l'habitude de vivre en grande proximité et qu'ils ne prennent pas de gant les uns pour les autres. Et que nos oreilles et yeux ne sont pas habitués! D'ailleurs nous ne sommes toujours pas habitués aux claxons et foule omniprésents dans les rues de Delhi, et surtout des bazards.

 

 

Nous allons déposer nos affaires dans notre chambre d'hôtel. Au même endroit. Lorsqu'on a trouvé une bonne place, on a tendence à ne plus la "lâcher". Visite à notre ambassade qui nous remet une lettre de recommandation pour la Animal Husbandry du Minisètre de l'agriculture. Une lettre d'ambassade est une vraie clef par ici. Grâce à elle, nous rencontrons le Secrétaire de la Animal Husbandry. Accompagné du Commissionair, le fameux, et du Joint Secretary.

Il nous aiderait bien, semble t'il, mais son Commissionair, l'homme de lois, ne démord pas. "Le protocole, c'est le protocole! Nous avons déjà étudié votre cas. Rien de plus n'est possible. Vous n'êtes pas là pour changer les lois indiennes...". Il a tendence à oublié que les lois sont faites pour aider et non pour entraver. Et que malheureusement aucune lois ne peut s'appliquer dans notre cas. Ce qui les embêtent bien d'ailleurs. Mais ce n'est pas pour autant qu'il nous donne une autre solution. Pour eux il y a juste la solution impossible, c'est tout. Suite à l'échec de cette rencontre, nous méditons un peu, assis devant le bâtiment, contemplant un des nombreux singes que l'on trouve régulièrement en liberté dans les rues de Delhi. 

 Nous allons nous ressourcer en prenant un "thali", un repas indien, à même la rue.

 

 

Nous ne perdons pas espoir pour autant et visitons le "Joint director of Foreign Trade", ainsi que le "Member of Custom". Ni plus ni moins que le responsable de toute les douanes indiennes. Il loge dans North Block, une des ailles du bâtiment de l'administration principale indienne. Ce qui constituait avant le palais du gouvernement britannique en Inde. Il nous met en lien avec son Commissionair qui a l'air déjà plus humain. Ces hommes comprennent notre désaroi. Ils ne peuvent malheureusement pas faire grand chose pour nous. Bien qu'ils soient aussi concerné par notre affaire, il n'y a que la Animal Husbandry qui peut nous donner la permission de continuer notre voyage avec nos ânes.

Nous profitons d'être à la ville pour visiter un peu et faire du chopping. Entre autres d'étoffes...

 

Céline essaie le "sahri", l'habit féminin traditionel indien. Et c'est pas dégeux du tout. Ca vaut même une vue d'un peu plus prèt...

 
 

 

Un soir, au détour d'une ruelle, nous sommes attiré par un brouaha orchestral. Nous arrivons en plein déffilé. Un orchestre, entouré de multiples mini potaux électriques relié les uns aux autre par plusieurs mètres de cables déplacé par des porteurs. Le tout relié à une génératrice dans un camion suivant de près, à la fin du déffilé, le carrosse du jeune marié allant chercher sa dulcinée. Eblouissant et rocambolesque à la fois...

 

Repos à l'hôtel bien mérité. Petite fringuale devant la TV... histoire de se remémorer les mauvaises habitudes de l'époque au pays.
 

 

 Peut-être que ces bonnes gens de la Animal Husbandry pourraient considérer nos âne aussi sacrés que leur bonnes vaches...  

 

 

Qu'en dis tu ma belle? Et c'est vrai que t'es bien belle!

Une idée pour amener une collaboration avec ce Ministère?
Ben non, désolé, c'est pas une histoire de vache, mais une histoire d'âne.

Certains ont dit, "On se demande qui sont les ânes...". Question toujours inrésolue aujourd'hui.

 

C'est la vache qui rit indienne et les ânes qui pleurent...

 

 

 

 Ben oui, par ici, c'est pas les animaux qui manquent par les rues de Delhi.

 

Aller, chercher l'erreur dans la prise de vue qui suit...

 
 
La réponse est juste après, dans deux photos. Ne déballé pas le paquet avant d'y avoir au moins réfléchit deux secondes...
L'endroit "colis" de la gare de New Delhi.
 
 
 

Ben oui, par ici, les chiens se royaume... Fréquemment on en trouve des couchés en plein milieu des rues piétonnes.  Quand c'est pas sur des skooter...
Ils ont pas l'air de connaître les jets de pierre par ici. L'Inde, ce serait le pays rêver pour Brigitte... un paradis à animaux. Y a qu'à Skadar et Dharma qu'on fait des misères.

Vendredi 20 février 2009, voilà déjà le week-end qui arrive, retour à Wagah, la frontière, vers nos bébêtes.


 

 


:: Envoyer cet article