Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 75 sur 162
Page précédente | Page suivante

18/03/2009 - Inde 6

Inde : chapitre 6


 

Samedi 28 février, visite chez Sama. Il nous invite à la fête que donne son beau frère, nouveau retraité.

Du coup nous assistons aux préparatifs. 

J'entend par là que chacun doit se mettre sur son 31! Pour l'occasion, Sama change son Kesh, son "chapeau" composé d'un tissu de coton de 9 m de long. C'est visiblement tout une très longue histoire... Ils sont coquets ces indiens!

 
La coutume est d'apporté un cadeau au chanceux retraité. Souvent une guirlande de fleurs. Ou alors, pour les plus fortunés, une guirlande de billets de banque. Il existe aussi des guirlandes composées de faux billets...  Ce qui compte, c'est le paraître! En l'occurence, il est aux anges, ce sont des vrais... Surtout que les indiens, la monnaies, y adorent!
 
 
Une petite photo avec l'heureux du jour avant de passé au buffet. Puis avec quelques membres de la famille que nous rencontrons à l'intérieur de la maison. Il ont fait venir un photographe. Mais Sama est tout content que nous puissions aussi prendre des photos pour lui.
 
 
 
Pour l'occasion, il ont fait dressé une tente. Fait venir des faiseurs de chapatis avec un four en terre portatif, et de gros chauderons pour préparer la nourriture, juste à l'arrière de la tente. Il ont aussi loué une machine à café. Au premier plan sur la table. Signe de luxe. Pourtant je préfère leur thé. Et surtout, le hic, c'est qu'elle nécessite de l'électricité. Pour cette seule raison, il y a une génératrice à essence, juste à côté, qui nous casse les oreilles... Enfin, ça semble surtout une fête pour la forme! Et le burit, c'est pas ce qui manque par ici...
 
 
De façon moins formelle, nous rendons ensuite visite à sa maman qui habite un peu plus loin.
N'ayant pas beaucoup de pièce, souvent les chambres à coucher servent de salon et le lit de canaper.
 
 
 
Bon, tous ne trouvent pas place sur le lit... et le dit lit devient presque une scène de spectacle. Surtout que Sama est tout content de nous montrer à sa famille. Et que c'est pas tous les jours qu'ils ont des invités européens à la maison. Ci-desous, vue du lit.
 
 
Famille assez nombreuse d'ailleurs. En voici une petite vue d'ensemble...
 
 
Dimanche 1er mars, départ pour New Delhi. Passage dans la gare d'Amritsar, des peintres sont à la tâche. Une tâche qui n'a pas l'air si simple. Ils doivent rester en équilibre sur ce "boiteux" échaffaudage, pinceau en main... j'espère qu'ils ont une prime de risque!
 
 
Lundi 2 mars 2009, visite à notre ambassade. On nous remet une nouvelle lettre officiel pour l'Animal Husbandry, Ministère de l'agriculture, leur demandant d'assouplir leur fameux protocole, non adapté à notre situation. Et deux copies pour le Ministère du Commerce et celui des Finances, chapautant les douanes.
Passage à la Animal Husbandry. On nous répond que nous devons rencontrer le Joint Secretary. Malheureusement il est en tournée, nous devons revenir lundi prochain...
Pour stimuler un peu plus la bonne volonté du Minsitère de l'agriculture, nous déposons une lettre au PMO. C'est qu'en même spécial que pour une histoire d'âne nous ayons besoin de recourir au bureau du premier ministre.
 
 
Céline sortant du département des finances, le "North block", aille gauche du complexe habritant les plus hautes institutions du pays. Nous venons de rencontrer le Member of Custom, le responsable des douanes indiennes.
C'est dans ce complexe que se trouvait la tête de l'administration anglaise à l'époque coloniale. Un bâtiment principal, Radjapatti Bhawan, là où logeait le gouverneur et plus tard, le vice-roi anglais. Actuellement la présidente de l'Inde. Et deux grandes ailles, South et North Block. Le tout sur une petite coline et faisant face à la Radj Path, une grande avenue pour les défilés, comme les champs Elysée, et amenant sur l'Indian Gate, litérallement porte de l'Inde. Sorte d'Arc de Triomphe indien.
 
Nous avons reçu la réponse positive de la douane nous accordant un nouveau délai concernant la détention de nos deux ânes. Nous avons encore 15 jours pour résoudre notre situation. Passé ce délai, nos deux compagnons à quatre pattes risquent de devenir propriété indienne.
 
 
Nous allons ensuite nous reposer et manger un bon "Thali".
 
 

C'est le menu typique indien. Chapatis, dal (lentilles et autres légumineuses), pattée épicée de légume, yahourt, riz, fromage blanc. Ca fait bientôt deux mois que nous mangeons indien, donc végétarien. La viande ne nous manque pas. Je n'aurais jamais pensé pouvoir aussi bien manger, sans viande. Voilà un végétarien qui s'ignorait... Mais c'est pas tout. J'avais de la peine à manger épicé. Maintenant, je peux plus m'en passer. En même temps, il faut pas trop en abuser. Les indiens ont tendance à mettre trop d'épices, ce qui leur donne des brûlures d'estomac et reflux oesophagiens. Ca les fait souvent roter en public d'ailleurs... Non, je plaisante. Céline me dis que c'est dû à leur chapati pas cuit!   

Voici un gros plan sur les tableaux du fond, décorés de guirlandes de tagettes.  Les images de divinités sont omniprésentes ici en Inde.  Que ce soit sur des catelles dans sur les murs des ruelles, des petits temples à l'intérieur des boutiques, des statues au coin des maisons, des tableaux dans les bureaux... Parfois très kitsch, avec des guirlandes de lumières, de fleurs clignotantes... C'est très coloré par ici.

Une multitudes de divinités. Les plus représentées sont Shiva, Ganesh et  les gurus indoux. Ganesh, le dieu éléphant, se retrouve souvent, étant porteur de Chance aux commerçants.



Le soir, un peu de chopping. Parfois, de raconter que l'on vient à pied de Suisse, photos à l'appui, car ils ont du mal à nous croire, ça aide dans nos négociations des prix. Cette fois là, ils nous ont même offert des "cadeaux". Et dès que l'un commence, chacun à voulu nous donner le sien. Heureusement qu'ils n'étaient pas trop nombreux, nous serions reparti avec la moitié du magasin... 

 

Le jour suivant, nous avons été invité chez un jeune indien pour le repas de midi et avons découvert une plante sainte. 

 
Tulsee, plante sacrée ici. Notre ami Vicky fait chaque jour une prière à son intention. Comme beaucoup d'autre Indiens.
 
 
 

Chocolat indien. Sur le paquet il est brun fonçé: cherchez l'erreur!!!

Pour la petite histoire:    Lors d'une de nos journées épuisantes à la recherche d'une coopération dans les bureau du Ministère de l'agriculture, nous faisons une petite pause dehors et pensons recharger les batteries en mangeant, une fois n'est pas coutume par ici, du chocolat. Bien mal nous en a pris. Déjà ce produit est hors de prix ici en Inde. Et une fois la plaque débalée, il n'a pas l'air des plus frais... tout blanc et à peine on le touche in s'émiette. On demande au commerçant de nous le remplacer. Il nous dit que c'est normal et que le bon chocolat est ainsi. Ben voyons! Nous lui expliquons gentilment que nous venons de Suisse et qu'à nous on ne nous la fait pas...

Il refuse et ne veux pas nous le reruse de nous rendre notre monnaie, "Ici, en Inde, on rembourse pas!" Nous insistons, mais non, rien à faire. Ce gars est vraiement obtu et près de ses sous! Comme on a fait un téléphone depuis son magasin encore impayé, du coup, on refuse de lui donner cet argent. Un moindre mal, ça correspond à la moitié de la somme du chocolat. Là dessus, comprenant qu'il est piégé, il s'emporte d'un coup, empoigne le chocolat qu'il balance dans la rue en maugréant je ne sais quoi... Les indiens sont très calme, mais ils peuvent virer rapidement et s'emporter à ne plus pouvoir se contrôler. On a un peu l'impression que vivant les uns sur les autres, ils ont tendence à garder en eux les choses, et qu'à la goute de trop ils éclatent... D'ailleurs, l'alcohol, un grand inhibiteur de barrières, les rend plutôt méchant. Signe d'insatisfaction. 

 

Vendredi 6 mars, retour à la douane pour s'occuper de nos animaux et maintenir le lien avec le personnel de la frontière.


 

:: Envoyer cet article