Mathias et Céline (Suisse & Italie)
Qui suis-je ?

Mathias et Céline sont partis le 12 mai d'Yverdon en direction de la Mongolie à pied. Ce blog trace leur parcours en Suisse et en Italie

Derniers articles
Menu
Mes amis
Liens


Billet 72 sur 162
Page précédente | Page suivante

21/04/2009 - Inde 9

Inde: chapitre 9


 

Dimanche 5 avril, nous sommes invité aux fiançailles de Manga, le fils de Sama. Nous allons découvrir avec lui sa fiancée. En Inde, les mariages sont encore arrangé. C'est Sama qui a tout préparé. Il a montré une photo de la fille la semaine passée à son fils, elle lui a plu, et voilà... Il se rencontre pour la première fois aujourd'hui, lors de leur fiançailles.

Tout à gauche, celle qui tire une sale tête, c'est sensée être l'heureuse du jour... si si!

Je pense pas qu'elle trouve Manga un mauvais parti, elle est simplement très stressée par l'événement!

 

Echange de sucreries entre les mariés, comme c'est la coutume.

Pour l'occasion, les deux familles se rencontrent dans un temple Sick. Une famille d'un côté, l'autre de l'autre.

Sama discute avec sa future belle famille, pendant que la fille est maquillée. On lui donne des présents pour la pârer (bracelets, vernis à ongle, colier,...).

Puis, comme c'est la coutume, tout deux s'asseient côte à côte et ont leur donne à manger des sucreries.

Puis chacun, à tour de rôle leur dépose une offrande, un cadeau et pose sa main sur leur tête.

Pour commémorer l'événement on prend tous ensemble une collasion.

En Inde, comme je l'ai déjà dit, les mariages d'amour n'existe pas. Du moins, sont encore très rare, bien que la société soit en plein changement. Notamment avec les nouvelles idées reçues de la TV ou par internet. Quelque uns tente de se marier en douce et de fuir leur famille. Bien souvent ils se font rattraper et soit la fille est lapidée ou le jeune marié brutalement tué. Nous lisons réguliérement des articles à ce sujet dans les journaux.

 

 

Le soir, avant de prendre notre train, rencontre d'un Argentin avec qui nous buvons un pot, dans l'attente. Il nous fait envie en nous parlant de son séjour au Nepal et son fameux trek des Anapournas. On se réjouit d'y être.

Pour l'heure, on admire en discutant les petites bébêtes se servant dans les restes de plat...

Y en a plein par ici en Inde. L'autre jour, en attendant un bus, on en a même nourrit un, de ces rats. C'est là qu'on réalise pleinement qu'on est en Inde...

 

Lundi 6 avril, passage à la DGFT pour faire entrer nos animaux comme "pets" dans le dossier. Comme le suggérait déjà l'article du Times of India:

Nous rencontrons, ni plus ni moins, le PS (secrétaire privé) du Ministre du Commerce. Il va demander pour nous une solution de transit de trois mois pour le Nepal à la Animal Husbandry. Le lendemain nous rencontrons le Directeur General du commerce étranger. Il a reçu les instructions du PS et a déjà envoyé une lettre à la Animal Husbandry dont il nous en donne une copie. Tient, c'est la première fois qu'une démarche nous précède. Ca semble plus que positif.


 

Cette semaine, visite du Red Fort:

  Le mur d'enceinte mesure près de 2,5 km de longueur, pour 16m de hauteur côté rivière et 33m côté ville.

 
C'est une forterresse Monghole construite en 1639 par l'empereur Shâh Jahân. Il doit son nom au pierre de grès utilisées pour sa construction.
 

Pour plus de photos et détails sur le Red Fort, cliquez sur ce lien!

 


 

 

Un tout nouvel article cette semaine: cliquez sur le lien ci-dessous:

 

http://aujourdhuilinde.com/actualites-inde-le-combat-d-un-couple-suisse-et-de-ses-anes-contre-la-bureaucratie-indienne-3200.asp?1=1

  N'hésitez pas à le commenter...!

 

 Vue depuis un auto-rickshaw.

 

 

 Quelques achats d'épices, en fin de semaine.

 

 

 

 


Ci-contre, une pierre de sel noire, en provenance d'Himalaya. C'est un sel qui a un goût de souffre. Etonnant. Juste en dessous, de la cannel en baton. C'est délicieux à mastiquer. Juste à droite, de laune variété de cardamone noire. Il y a toujours les grand classique; curcuma (une épice jaune), le chilly (poudre de piment piment rouge), le poivre, la coriandre, le cumin, l'anis vert (mélangé avec du sucre il le mange à la fin du repas comme digestif), les fleurs d'anis,... 

 

 
Il faut sans arrêt marchander les prix. Nous avons fini par passer par un tenancier de restaurant, fort sympathique, pour connaître les vrai prix, bien en dessous du marcher, et profiter de commander par son entremise au prix local.
 

 

Samedi 11 avril, retour à la douane. On retrouve Willie enterré pour se rafraichir.

Il a une petit infection du côté de son petit oeil. Un peseudo vétérinaire a cru bon, en lui voyant son petit oeil supurer un peu, comme c'est l'habitude, de le lui nétoyer et de couper les poils autour. Du coup, moins protégé face au poussière, il a attrapé une infection à la paupière. Ne dit on pas, "le mieux est l'enemi du bien?!!!"

Enfin, rien de bien méchant. Un homme de la douane a apporté une pommade antibiotique, ça va déjà mieux.

 

 

Dimanche 12 avril est un grand jour, nous avons décidé de prendre Willie avec nous à la ville.

Le voici à la fenêtre du bus pour s'aérer un peu. Ouf, nous n'avons pas trop eut de problème pour le monter dans le bus. Il y a juste eut un moment critique lorsque le bus s'est mit en marche et que plein de ses poils se sont envolés. Il mue beaucoup... et ça ne plaît pas aux femmes coquettes qui se sont vite recouverte de leur voiles! 

 

 


 
 

:: Envoyer cet article